La résistance aux médicaments menace les avancées de la lutte contre le paludisme

dans Vidéo le 02 février 2017

La lutte contre le paludisme compte parmi les plus belles réussites du 21e siècle. Dans le monde, le nombre de décès dus à la maladie a reculé de 48 pour cent entre 2000 et 2015 – ce qui signifie que 6,4 millions de décès ont pu être évités selon les estimations.

Cependant, les menaces qui pèsent sur ces avancées sont réelles : en Asie du Sud-Est, dans la région du Mékong, l’émergence et la propagation d’une résistance à l’artémisinine – l’antipaludéen le plus utilisé – menacent de détricoter des acquis obtenus de haute lutte et pourraient avoir des conséquences dévastatrices à l’échelle mondiale si cela venait à déborder de cette zone géographique.

Outre les mesures de prévention et un traitement rapide, l’arme la plus efficace contre le paludisme vient de partenariats solides capables de s’adapter en permanence à l’évolution de la situation sur le terrain. L’Initiative régionale de promotion de l’artémisinine (« Initiative RAI »), lancée par le Fonds mondial, soutient un partenariat composé de bailleurs de fonds extérieurs, d’institutions multilatérales, de partenaires techniques, de scientifiques, de communautés locales et d’autorités publiques de cinq pays d’Asie du Sud-Est dans le but d’accélérer la riposte au paludisme pharmacorésistant.

L’histoire de Myat Thu Sin montre comment un dépistage rapide lui a permis d’entamer un traitement et de guérir – avant que le parasite responsable du paludisme puisse se propager. Il est indispensable d’agir rapidement dès que des cas de paludisme sont détectés et l’Initiative RAI soutient les systèmes de santé locaux et nationaux afin qu’ils agissent rapidement pour sauver des vies.