TB REACH et le Fonds mondial : un partenariat destiné à identifier et traiter les « cas manquant à l’appel »

Par Eliud Wandwalo, le Fonds mondial et Jacob Creswell, partenariat Halte à la tuberculose, initiative TB REACH

dans Opinions le 02 juin 2017

En 2015, on estime que le nombre de décès causés par la tuberculose a progressé jusqu’à atteindre 1,8 million de morts à travers le monde, tandis que 10,4 millions de personnes développaient la maladie – une situation parfaitement inacceptable, considérant le fait que la tuberculose peut être efficacement traitée et guérie. Même si certains indicateurs mondiaux relatifs à la tuberculose, comme la réussite du traitement, se sont améliorés et que les taux de mortalité ont chuté, bien des personnes ne se font toujours ni diagnostiquer, ni soigner du tout chaque année, et leur nombre n’évolue pas.

Parmi ces personnes atteintes de la tuberculose et « manquant à l’appel » se trouvent généralement les plus vulnérables et celles n’ayant pas un accès suffisant aux soins. Il s’agit entre autres de personnes qui vivent dans la pauvreté, dans des communautés isolées, de celles qui vivent avec le VIH, des mineurs et des communautés de migrants. De nombreux outils et de nombreuses lignes directrices ont été élaborés ces dernières années et ont conduit à un diagnostic plus précis et plus rapide, et le Fonds mondial a soutenu de nombreux pays pour qu’ils mettent en place et élargissent l’accès aux dernières technologies de diagnostic de la tuberculose. Cependant, nous ne parviendrons à infléchir l’épidémie de tuberculose que si nous sommes capables d’identifier les 4,3 millions de personnes qui, selon les estimations, manquent à l’appel et souffrent de tuberculose et de tuberculose multirésistante, et qui ne reçoivent aucun traitement. Il est nécessaire d’établir davantage de nouveaux partenariats au sein de la communauté mondiale de lutte contre la tuberculose et en dehors de cette dernière, de mettre en œuvre des approches innovantes et complètes dans le but d’identifier les personnes atteintes de tuberculose manquant à l’appel.

Pour la période d’allocation 2017/2019, le Fonds mondial réalise de nouveaux investissements à effet catalyseur afin de renforcer les sommes allouées au pays et ainsi améliorer les résultats et l’impact sur le terrain. Les investissements à effet catalyseur comprennent des fonds de contrepartie, dont 115 millions de dollars US sont alloués à douze pays prioritaires afin de soutenir les interventions qui peuvent réussir à identifier les cas de tuberculose manquant à l’appel.

Au vu de l’objectif ambitieux qui est d’identifier, d’informer et de traiter un million de personnes supplémentaires atteintes de la tuberculose d’ici à 2020 par rapport à 2015, la collaboration entre et l’initiative TB REACH du partenariat Halte à la tuberculose et le Fonds mondial se voit intensifiée. D’après un nouveau protocole d’accord, les deux organisations vont travailler à l’amélioration de la qualité et de l’impact des investissements du Fonds mondial axés sur l’identification, le dépistage et le traitement des cas de tuberculose. Une attention particulière sera portée sur les douze pays prioritaires pour les fonds de contrepartie pour la tuberculose, et sur quatorze pays supplémentaires à fort impact, ce qui, globalement, représente 83 pour cent de tous les cas de tuberculose manquant à l’appel au niveau mondial.

C’est une autre étape importante sur la voie d’une riposte plus efficace à l’épidémie de tuberculose, à l’échelle nationale et internationale. Le Fonds mondial encourage fortement les pays à être ambitieux en mettant en œuvre plus de solutions à la pointe du progrès au moment de fournir des service de santé luttant contre la tuberculose qui soient ouverts aux groupes à haut risque et aux populations vulnérables, ce qui cadre parfaitement avec le travail qu’a réalisé TB REACH ces cinq dernières années. Jusqu’à aujourd’hui, TB REACH a soutenu 144 projets dans 46 pays qui ont permis de réaliser un dépistage préliminaire sur plus de 33 millions de personnes, de détecter plus d’1,9 million de cas de tuberculose et de diriger les patients vers une prise en charge adaptée.

En 2013, TB REACH a financé un modèle d’entreprise sociale au Bangladesh pour vendre des radiographies pulmonaires numériques de haute qualité à bas prix et utiliser les recettes pour soutenir un programme du secteur privé d’action de proximité et de dépistage de la tuberculose. En 2016, trois structures soutenues par le projet dépistaient à elles seules 40 pour cent du total des cas de tuberculose signalés à Dacca et le projet a été capable de couvrir presque tous les coûts de fonctionnement en se servant des recettes générées.

En 2017, TB REACH, le Fonds mondial et l’USAID/Challenge TB vont accorder de nouvelles subventions afin d’étendre cette initiative. Deux centres de dépistage de la tuberculose supplémentaires vont être mis en place à Dacca ainsi que quatre autres dans les deuxième et troisième plus grandes villes du Bangladesh, Chittagong and Sylhet. Le vaste réseau de praticiens privés de référence pour la tuberculose du programme va être étendu et les liens avec les structures de soins vont être renforcés, de même que d’autres interventions, comme la recherche de contacts parmi les proches de cas confirmés.

D’ici à 2020, TB REACH entamera de nouveaux cycles de financement, grâce au nouvel accord de contribution sur cinq ans d’une valeur de 85 millions de dollars canadiens de la part du gouvernement du Canada, du soutien de 7 millions de dollars américains de la Fondation Bill et Melinda Gates et de la participation d’1,5 million de dollars américains de la part du Fonds indonésien pour la santé. Ces ressources vont créer de nouvelles occasions pour les partenaires leur permettant de tester de nouvelles approches pour de meilleures prestations de services de santé de lutte contre la tuberculose. Quand cela sera possible, des pratiques innovantes locales et régionales qui auront apporté la preuve d’un impact seront élargies, afin de s’assurer qu’aucun cas de cette maladie curable ne manque à l’appel.