Maroc : « Les partenaires de la société civile nous aident à atteindre les populations-clés »

dans Opinions le 06 juin 2019

A l’occasion de la 72e Assemblée mondiale de la Santé qui s’est tenue aux Nations Unies du 20 au 28 mai, le Dr. Mohammed Youbi, Directeur du Département de l’Epidémiologie et de Lutte contre les Maladies au sein du Ministère de la Santé du Royaume du Maroc, a évoqué les progrès réalisés par le pays en matière sanitaire, sans faire l’impasse sur les défis qu’il reste à relever.

« En 2003, le Maroc était le premier pays de la zone MENA (Moyen-Orient Afrique du Nord) à signer un partenariat avec le Fonds mondial. En plus des acteurs gouvernementaux, Ministère de la Santé en tête, cet accord prévoyait aussi la participation accrue de la société civile dans le combat contre les épidémies. Seize ans plus tard, grâce aux efforts conjugués de l’ensemble des partenaires, les résultats sont là. Sur le front du VIH, le nombre de personnes sous traitement antirétroviral dans le royaume a été multiplié par près de 50 entre 2003 et 2017, et le nombre de nouvelles infections a été réduit de près d’un quart entre 2010 et 2018. Concernant la tuberculose, la mortalité a été réduite de 59% sur la période 1990-2017, et le nombre de nouvelles infections de 27%. Quant au taux de détection des personnes touchées par la maladie, il atteint aujourd’hui 86%. Rappelons enfin que le Maroc est débarrassé du paludisme depuis 2010, même s’il doit encore traiter quelques cas importés.

Au-delà des résultats comptables, nous avons appris à travailler ensemble, ministères, institutions, monde académique, praticiens, société civile et populations vulnérables, au service de l’amélioration de la santé des Marocains. Le Fonds mondial a pu également apporter une aide précieuse dans certaines situations d’urgence et dans les processus d’optimisation de la chaine d’approvisionnement en médicaments.

Bien sûr, ce bilan est globalement positif, mais nous devons encore accélérer pour atteindre l’Objectif de développement durable n°3 fixé par les Nations Unies, et avant cela, les objectifs du Plan Santé 2025 du Maroc, qui incluent notamment, pour le VIH, le la progression des « trois 90 » vers les » trois 95 » et l’élimination de la transmission mère-enfant. Dans cette optique, la société civile marocaine joue un rôle crucial aux côtés de notre ministère en agissant au plus près des populations les plus touchées par la maladie, et hélas encore souvent stigmatisées. Elles font aussi un travail remarquable pour accompagner et soutenir les personnes atteintes de tuberculose et pour relancer celles qui abandonnent leur traitement. Les résultats que nous avons atteints, nous les devons en partie à ces partenaires.

En octobre prochain, la reconstitution du Fonds mondial sera une étape décisive pour l’ensemble des pays de la région. Le Royaume veut être un exemple sur le front de la lutte contre ces deux épidémies, en renforçant son système de santé pour qu’il soit à même de garantir la pérennité de la riposte, dans le cadre de la couverture sanitaire dont bénéficient les Marocains ».