The Global Fund / John Rae

En première ligne : la riposte au COVID-19

14 septembre 2020

Les équipements de protection individuelle, les radiodiffusions et les campagnes innovantes de distribution de moustiquaires sont autant de moyens déployés par les pays pour lutter contre le COVID-19, consolider les systèmes de santé et atténuer l’incidence de la pandémie sur les services essentiels liés au VIH, à la tuberculose et au paludisme. Afin de soutenir ces actions, le Fonds mondial fournit aux pays des financements immédiats. Voici quelques exemples de mesures déployées avec ces aides financières pour endiguer la pandémie qui nous menace tous.

Afghanistan

Aux fins de renforcer les capacités de diagnostic du COVID-19 et d’atténuer l’incidence de la pandémie sur les programmes de lutte antipaludique, l’Afghanistan accroît le nombre de centres de dépistage en dehors de Kaboul, la capitale, et achète des trousses de dépistage et des antiseptiques.

Afrique du Sud

La demande pressante d’un agent de santé sudafricain œuvrant auprès de patients atteints de COVID-19 et de tuberculose

Bénin

À l’approche de la saison des pluies en Afrique occidentale et centrale, le Fonds mondial travaille avec ses partenaires à la mise en œuvre de nouvelles stratégies de distribution de moustiquaires, afin de protéger les familles du paludisme, malgré les bouleversements engendrés par le COVID-19. Pour la première fois, les agents de santé communautaires du pays sont allés frapper de porte en porte pour distribuer plus de 8 millions de moustiquaires sur tout le territoire. Quelque 5 500 agents communautaires ont été mobilisés afin de mener à bien cette activité essentielle en 20 jours seulement.

De plus, les appareils GeneXpert habituellement réservés au diagnostic des cas de tuberculose vont également servir au dépistage du COVID-19, et le pays a commandé 15 000 tests.

Bolivie

La Bolivie intensifie le diagnostic du COVID-19 et les soins aux personnes vivant avec le VIH, et a temporairement adapté les appareils GeneXpert afin d’étendre la couverture de diagnostic.

Burkina Faso

Au Sahel, où les systèmes de santé ont été fortement affaiblis par la crise sécuritaire et humanitaire, le Fonds mondial a aidé les pays à établir une riposte précoce à la pandémie. Au Burkina Faso, 3,2 millions d’euros ont été alloués à l’achat de 15 nouveaux respirateurs afin d’équiper les services d’urgence, d’équipements de test moléculaire afin de renforcer les capacités des laboratoires, d’équipements de protection individuelle, notamment des masques et des gants, pour 17 900 agents de santé communautaires à des fins de suivi des cas contacts et de continuité de leurs activités pendant la pandémie.

Cambodge

Au Cambodge, des moustiquaires ont été distribuées dans le cadre de campagnes de distribution à domicile. Les agents de santé ont reçu des équipements de protection individuelle et été formés à l’utilisation des outils de travail à distance.

Cameroun

Grâce aux assouplissements des subventions du Fonds mondial, 3,5 millions d’euros ont été alloués au Cameroun pour soutenir la riposte du pays à la pandémie de COVID-19 et préserver les résultats obtenus en matière de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Ces fonds ont été utilisés aux fins de l’acquisition de 3,5 millions de masques, de gants et de blouses pour les agents de santé, y compris les agents de santé communautaires et les éducateurs pairs, de l’organisation de campagnes de prévention et de sensibilisation sur le COVID-19 et de l’intégration d’une nouvelle composante au système d’informations qui permet de signaler et de suivre les cas de COVID-19.

Côte d’Ivoire

Le Fonds mondial travaille en étroite collaboration avec ses partenaires de la santé mondiale afin d’appuyer la riposte de la Côte d’Ivoire à la pandémie de COVID-19, d’adapter les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à ce contexte difficile, et de maintenir les services de santé essentiels. Grâce aux assouplissements des subventions du Fonds mondial, les patients peuvent désormais se faire délivrer des traitements contre la tuberculose et le VIH pour une période de un à trois mois, ce qui permet de réduire les déplacements quotidiens dans les centres de santé. En outre, des structures temporaires de quarantaine ont été mises en place dans les prisons afin de prévenir la transmission du COVID-19 entre détenus, et des colis alimentaires seront distribués aux populations les plus vulnérables. Le pays examine également la possibilité de mettre à profit les plateformes de santé mobiles existantes et des outils numériques afin d’améliorer la détection et la notification des cas de COVID-19 au niveau communautaire.

Cuba

Le Cuba renforce les capacités des laboratoires régionaux en matière de diagnostic moléculaire du COVID-19. À ces fins, le pays a passé commande de gants, de visières, de masques et de surblouses ; et veille à atténuer les effets de la pandémie sur les programmes de lutte contre le VIH.

El Salvador

Dans le cadre de la riposte au COVID-19 et de l’atténuation de son incidence sur les programmes de lutte contre la tuberculose, El Salvador achète des masques chirurgicaux, des masques de protection N95, du gel hydroalcoolique et des thermomètres.

Honduras

Soucieux d’endiguer la propagation du COVID-19 et d’en atténuer l’impact sur les programmes de lutte contre le paludisme, le Honduras a passé commande de 25 000 masques chirurgicaux et 5 000 masques de protection N95, et a mobilisé quatre respirateurs et un appareil mobile de radiographie.

Inde

L’Inde achète des équipements médicaux et renforce les capacités de ses laboratoires en matière de lutte contre la tuberculose et le COVID-19.

La lutte contre le VIH en Inde au temps du COVID-19

Indonésie

L’Indonésie est l’un des pays les plus lourdement touchés par la tuberculose dans le monde, et le COVID-19 menace d’aggraver la situation. Le Fonds mondial a travaillé en étroite collaboration avec ses partenaires et le Gouvernement indonésien afin de dépister et de traiter des millions de personnes dans le pays, et ainsi 564 000 personnes ont fait l’objet d’un dépistage rien qu’en 2018. Les investissements du Fonds mondial ont également permis au pays d’acquérir des machines GeneXpert, outil de diagnostic moléculaire qui permet d’obtenir des résultats rapides et qui a révolutionné la lutte contre la tuberculose. Avec le soutien du Fonds, plus de 800 machines de ce type ont été installées dans les établissements de santé du pays.

Aujourd’hui, le Fonds mondial aide les pays à utiliser des machines GeneXpert pour le dépistage du COVID-19 au moyen de l’acquisition de cartouches spécifiques au nouveau virus. Dans le même temps, les capacités de dépistage de la tuberculose sont renforcées au moyen de l’acquisition de nouvelles machines de dépistage et de la mise en place d’un roulement des effectifs de laboratoire pour doubler leurs capacités. En outre, les partenaires du Fonds mondial délivrent de plus grandes quantités de médicaments aux patients atteints de la tuberculose afin de réduire leurs déplacements dans les établissements de santé, et mènent des activités de formation et de suivi portant sur la tuberculose en ligne.

Kenya

En Afrique, les travailleurs du sexe sont plus vulnérables pendant la pandémie de COVID-19

Malaisie

La Malaisie achète des équipements de protection tels que des masques et des gants, en soutien aux agents de proximité qui fournissent des services de prise en charge du VIH aux populations-clés telles que les travailleurs du sexe, les personnes transgenres et les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes.

Mali

Le Mali a utilisé une partie des financements du Fonds mondial pour confier à ses agents de santé et intervenants communautaires la charge d’identifier et de dépister les cas, et d’aider les populations à éviter les erreurs de diagnostic. À Mopti, la prochaine distribution de moustiquaires sera menée selon une démarche taillée sur mesure : dans les zones urbaines, elles se fera à domicile, tandis qu’en milieu rural, des points de distribution fixes seront mis en place, et les familles recevront davantage de moustiquaires afin de garantir la couverture sanitaire universelle. Les points de collecte seront ouverts sur plusieurs jours afin d’éviter les rassemblements importants. Trois régions supplémentaires déploieront leurs campagnes en juin, selon les mêmes modalités. Le Fonds mondial étudie également la possibilité de soutenir la production locale de masques et des distributions alimentaires auprès des populations les plus vulnérables : les travailleurs du sexe, les consommateurs de drogues injectables, les personnes vivant avec le VIH, les enfants vivant dans la rue, etc.

Moldova

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 et du renforcement de la riposte au VIH et à la tuberculose, la Moldova a commandé 5 000 trousses de dépistage et des équipements de protection individuelle, et a déjà planifié d’autres commandes.

Mozambique

Avec le soutien de ses partenaires, dont le Fonds mondial, le Mozambique achète des équipements de protection individuelle pour les agents de santé, renforce les capacités de surveillance et de transport d’échantillons des laboratoires, et achète du matériel de dépistage de laboratoire afin de préparer la riposte au COVID-19 sur l’ensemble du territoire.

Niger

Le Fonds mondial et ses partenaires aident le Niger à faire face à la pandémie au moyen du renforcement des capacités des laboratoires en matière de diagnostic du COVID-19, de l’achat d’équipements de biosécurité et de l’élargissement du réseau de machines GeneXpert dans le pays. Les communautés nomades ont accès à des tests de dépistage de la tuberculose par l’intermédiaire d’équipes et de laboratoires mobiles. Dans la capitale, Niamey, un nouvel outil mobile de collecte de données sur la tuberculose a été testé.

Le Programme national nigérien de lutte contre le paludisme a distribué 8 millions de moustiquaires aux familles dans 44 districts de santé, avec le soutien de ses partenaires, tels que le Fonds mondial et Catholic Relief Services. Les agents de santé ont distribué les moustiquaires à domicile pour éviter les rassemblements aux points de distribution et ainsi réduire les risques d’infection au COVID-19. Certaines régions les plus reculées ont pu être desservies grâce au recours à des chameaux.

Ouganda

Protéger les mères et leurs bébés du VIH pendant la pandémie de COVID-19

Soutien sans faille pour les jeunes vivant avec le VIH

Depuis que l’Ouganda a instauré des mesures de confinement dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, interdisant notamment les rassemblements publics, le UNYPA (Ugandan Network of Young People Living with HIV) a dû suspendre ses activités communautaires, par exemple les initiatives de proximité, de dialogue et de formation. Cette situation est problématique pour les jeunes vivant avec le VIH qui doivent avoir accès aux traitements antirétroviraux. Afin d’y remédier, le UNYPA se rend au domicile de chaque patient pour leur délivrer ces médicaments essentiels. Il négocie actuellement auprès des autorités l’obtention de véhicules supplémentaires afin de faciliter la tâche de ses intervenants.

« La plus grande difficulté pour les personnes vivant avec le VIH touchés par le COVID-19 réside dans leur incapacité à obtenir des médicaments essentiels, en raison de l’interdiction qui frappe actuellement tous les moyens de transport publics et privés », souligne Nicholas Niwagaba, directeur exécutif du UNYPA. « Face à cette situation, notre réseau de personnes vivant avec le VIH a décidé de livrer ces médicaments essentiels de porte en porte. Nous devons veiller à garantir l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive, de prise en charge du VIH, de la tuberculose et du paludisme, parallèlement à la riposte collective au COVID-19. »

Afin de soutenir le plan national de préparation et de riposte au COVID en Ouganda, le Fonds mondial fournit environ 4,5 millions de dollars US afin de lutter contre le COVID-19, consolider les systèmes de santé stratégiques et garantir la continuité des programmes essentiels de lutte contre les trois maladies. Dans le cadre de sa riposte initiale, le ministère de la Santé ougandais a privilégié l’achat d’équipement de protection individuelle à l’usage des agents de santé, et de tests de diagnostic du COVID-19. En parallèle, le Fonds mondial coordonne les actions avec son principal partenaire issu de la société civile afin de renforcer des modèles de prestation de services différenciés auprès des populations-clés et des personnes vivant avec le VIH en Ouganda.

Pacifique occidental

Garantir des services continus de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme pendant la pandémie de COVID-19

Philippines

Les Philippines passent commande d’équipement de protection individuelle pour les agents de santé fournissant des services en lien avec la tuberculose et le COVID-19, notamment des gants, des produits antiseptiques, des visières, des masques et des surblouses.

Sierra Leone

La plus grande distribution de moustiquaires de la Sierra Leone a été adaptée afin de prévenir la propagation du COVID-19. Avec le soutien du partenariat du Fonds mondial, les agents de santé communautaires ont distribué 4,6 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticides dans 16 districts du pays afin de protéger les familles du paludisme, maladie la plus meurtrière du pays, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants de moins 5 ans. Au cours de cette distribution, les agents de santé ont également expliqué aux familles comment prévenir le COVID-19 et éviter sa propagation, par exemple en se lavant les mains ou en se couvrant la bouche pour tousser.

Sudan

Il ne faut pas relâcher les efforts : maintien de l’aide pour les personnes vivant avec le VIH et la tuberculose en période de COVID-19

République démocratique du Congo

Avec le concours de ses partenaires, dont le Fonds mondial, la République démocratique du Congo déploie des campagnes de prévention du COVID-19 et de sensibilisation à la pandémie dans la capitale Kinshasa et dans les régions alentour. Les crédits financent la diffusion de messages sur les chaînes de radio et de télévision, à travers l’affichage de publicités sur les bus ou de panneaux d’information, et par l’entremise de crieurs publics. Ceux-ci jouent un rôle important pour informer les populations de nombreux villages en Afrique. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, ils sont chargés d’informer les communautés sur les règles élémentaires en matière de protection personnelle et d’hygiène. Le pays a tiré des enseignements importants de l’épidémie d’Ebola, dont la riposte avait été compliquée par la propagation de rumeurs et de fausses informations.

Ukraine

Pendant l’épidémie de COVID-19, les médicaments pour le VIH sont livrés par la poste en Ukraine

Zimbabwe

Bouée de sauvetage pendant le confinement : fourniture de médicaments pendant la pandémie de COVID-19