Lutter contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et le COVID-19

Hugues Ahounou / Catholic Relief Services

La pandémie de COVID-19 menace de réduire à néant les progrès extraordinaires accomplis par le partenariat du Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme en matière de lutte contre ces trois épidémies. En 2020, le nombre de décès liés au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourrait quasiment doubler à cause de la pandémie de COVID-19 car les systèmes de santé et les systèmes communautaires sont dépassés, les traitements et les programmes de prévention interrompus et les ressources détournées de leur objet initial.

En guise de solution immédiate, le Fonds mondial a mis à la disposition des pays 1 milliard de dollars US. Notre partenariat doit mobiliser de toute urgence 5 milliards de dollars US pour continuer de lutter contre le COVID-19, protéger les agents de santé travaillant aux avant-postes, renforcer les systèmes de santé pour éviter qu’ils ne s’effondrent et faire en sorte qu’ils soient prêts à déployer les traitements et vaccins dès qu’ils seront disponibles, et préserver les acquis en matière de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme dans les pays où nous investissons.

Le COVID-19 menace les progrès réalisés en matière de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme

Les enjeux sont immenses. En 2018, près de 2,4 millions de personnes dans le monde sont mortes du VIH, de la tuberculose ou du paludisme, ce qui reste alarmant, bien que cela représente près de la moitié du nombre de décès enregistrés pendant le pic de ces épidémies. Selon des études menées par l’OMS, ONUSIDA, le Partenariat mondial Halte à la tuberculose et d’autres organismes, ce nombre pourrait quasiment doubler l’année prochaine si nous n’agissons pas de manière plus résolue, ce qui viendrait réduire à néant des années de progrès.

La lutte contre le COVID-19 et la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme sont un seul et même combat.

Mesures décisives

Le Fonds mondial a pris des mesures décisives face à l’apparition du COVID-19, en mettant rapidement à disposition des pays plus d’un milliard de dollars US pour les aider à faire face à la pandémie, à adapter leurs programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et à renforcer leurs systèmes de santé déjà saturés. Plusieurs solutions immédiates ont été mises en place, parmi lesquelles le dispositif de riposte au COVID-19 et les assouplissements de subventions. Toutefois, il est essentiel de mobiliser des fonds supplémentaires.

En savoir plus

Le Fonds mondial nécessite de toute urgence 5 milliards de dollars US pour continuer de lutter contre le COVID-19, protéger les agents de santé et les systèmes de santé et préserver les acquis en matière de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme dans les pays où il investit.

The Global Fund / John Rae

Notre rôle dans la riposte mondiale

En tant que principale source multilatérale de financement des systèmes de santé centré sur la lutte contre les maladies infectieuses et le renforcement des systèmes de santé, le Fonds mondial occupe une place privilégiée pour aider les pays à faire face à la pandémie de COVID-19 et à limiter les répercussions de celle-ci sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Aux côtés de l’OMS, qui joue un rôle général de direction et de coordination de la riposte mondiale au COVID-19, le Fonds mondial a préparé une riposte à quatre volets, décrits ci-après, pour faire face à la pandémie :

  1. Adapter les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme pour atténuer les effets du COVID-19 et préserver les acquis ;
  2. Protéger les agents de santé travaillant aux avant-postes, y compris les agents de santé communautaires, en leur fournissant des équipements de protection individuelle et en assurant leur formation ;
  3. Renforcer les systèmes de santé pour éviter leur effondrement en appuyant la mise en place d’améliorations urgentes, notamment en ce qui concerne les chaînes d’approvisionnement, les réseaux de laboratoires et les systèmes de riposte communautaires, et les préparer à déployer des traitements et des vaccins dès que ceux-ci seront disponibles ;
  4. Lutter contre le COVID-19 en fournissant un soutien aux interventions de contrôle et d’endiguement de la pandémie, telles que les dépistages, le traçage et l’aide à l’isolement, la communication et le traitement (lorsque des médicaments seront disponibles).

Rapport du Fonds mondial

Le rapport intitulé « Atténuer l’impact du COVID-19 dans les pays touchés par le VIH, la tuberculose et le paludisme » met l’accent sur les répercussions du COVID-19 et sur les ressources nécessaires pour préserver les progrès réalisés en matière de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Rapport
télécharger en English | Français

Résumé
télécharger en عربي | Deutsch | Español

Communiqué de presse

Un modèle éprouvé pour lutter contre les maladies infectieuses et sauver des vies

Le Fonds mondial est un partenariat fiable et reconnu mondialement de lutte contre les principales maladies infectieuses à grande échelle à travers le monde.

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, nous devons nous adapter et exploiter pleinement les atouts du Fonds mondial pour lutter contre le COVID-19 tout en atténuant les impacts de celui-ci sur le VIH, la tuberculose et le paludisme. Ces atouts sont notamment les suivants :

  • Mise en place de systèmes résistants et pérennes pour la santé
  • Participation communautaire
  • Élimination des obstacles liés aux droits humains et au genre qui entravent l’accès aux soins de santé
  • Participation du secteur privé
  • Systèmes d’achat efficaces et économies d’échelle
  • Chaîne d’approvisionnement et logistique
  • Suivi rigoureux et systèmes bien établis
  • Mécanisme d’intervention d’urgence spécifique au COVID-19

Accélérateur d’accès aux outils de lutte contre le COVID-19 (accélérateur ACT)

Pour préserver les acquis en matière de lutte contre les trois maladies tout en faisant face à la nouvelle pandémie de COVID-19, il est nécessaire de renforcer la collaboration avec les gouvernements, les partenaires techniques, la société civile, le secteur privé, les organisations confessionnelles et les communautés. Le Fonds mondial est un partenaire de financement de l’accélérateur ACT qui vise à faire avancer la mise au point et la production de tests de dépistage, d’un traitement et d’un vaccin contre le COVID-19 et à garantir l’accès équitable à ceux-ci.

En savoir plus

Œuvrer de concert pour lutter contre les maladies

Pour atténuer l’impact du COVID-19 dans les pays les plus touchés par le VIH, la tuberculose et le paludisme, nous devons agir rapidement en faisant preuve d’une direction et d’une collaboration extrêmement fortes et en mobilisant d’importantes ressources supplémentaires. Nous devons reconnaitre qu’il ne s’agit pas simplement d’une lutte contre un virus, mais aussi d’un combat pour protéger des individus contre de multiples maladies infectieuses et sauver des vies. Nous devons mener ce nouveau combat tout en continuant de lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Dans la lutte contre le COVID-19, nous devons unir nos forces pour que nul ne soit laissé pour compte, car c’est la bonne chose à faire et car la sécurité de chacun en dépend.

The Global Fund / Karin Schermbrucker

S’unir pour lutter contre les maladies

Dans le monde entier, des individus unissent leurs forces pour lutter contre les maladies. Des agents de santé, gouvernements, communautés, entreprises, agences techniques, militants et individus œuvrent de concert pour continuer de lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, faire face au COVID-19 et sauver des vies.

En savoir plus

« Les enjeux sont immenses. Les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et d’autres maladies infectieuses risquent d’être catastrophiques. Pour atténuer cet impact, nous devons agir rapidement en faisant preuve d’une direction et d’une collaboration extrêmement fortes et en mobilisant d’importantes ressources supplémentaires. Et surtout, nous ne devons laisser personne de côté ».
Peter Sands, Directeur exécutif du Fonds mondial