Initiative pour un accès équitable

Vue d’ensemble

L’Initiative pour un accès équitable a défini un nouveau cadre politique visant à mieux comprendre les besoins et les capacités des pays en matière de santé à mesure qu’ils progressent le long du continuum de développement. Les partenaires de cette initiative réunissent l’Organisation mondiale de la Santé, la Banque mondiale, GAVI (l’Alliance du vaccin), l’ONUSIDA, l’UNICEF, le PNUD, le FNUAP, UNITAID et le Fonds mondial, auxquels s’ajoute le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates et du Wellcome Trust.

La classification des pays sert traditionnellement à orienter les décisions internationales, mais on s’inquiète de plus en plus du fait que les politiques fondées sur le revenu omettent d’importantes dimensions du développement, telles que la pauvreté, les inégalités et les besoins en matière de santé. La catégorie des pays à revenu intermédiaire compte aujourd’hui 105 pays, 70 pour cent de la population mondiale, 75 pour cent des personnes démunies et une majorité de la charge de morbidité mondiale. L’Initiative pour un accès équitable contribue à l’établissement d’un cadre de santé fondé sur un ensemble plus large d’indicateurs économiques et de santé ayant vocation à mieux informer les décisions en matière de santé et de développement.

Le 23 février 2015, une centaine de délégués représentant la communauté mondiale de la santé, des banques de développement, des gouvernements et la société civile ont participé à la réunion d’ouverture de l’Initiative pour un accès équitable organisée à Genève par l’OMS et coprésidée par Pascal Lamy, ancien Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce et Donald Kaberuka, ancien président du Groupe de la Banque africaine de développement.

Quatre groupes d’analyse ont par la suite été chargés de définir des cadres potentiels à soumettre à l’examen des parties prenantes de l’Initiative pour un accès équitable. Des représentants des pouvoirs publics, des partenaires techniques, la société civile, le secteur privé, des institutions universitaires et des groupes de réflexion se sont rassemblés dans le cadre d’un vaste processus de consultation à l’échelle de l’initiative en vue de fournir des retours constructifs sur le travail d’analyse.

L’Initiative pour un accès équitable est parvenue à la conclusion que le revenu national brut par habitant est une mesure imparfaite lorsqu’il s’agit de cerner les besoins sanitaires et la capacité d’un gouvernement à investir dans la santé. Elle recommande de ne pas se contenter d’une variable unique pour étayer des politiques complexes de financement de la santé et suggère d’évaluer les besoins en matière de santé par rapport aux niveaux de revenu, tout en tenant compte des capacités et des politiques nationales.

Les membres de l’Initiative pour un accès équitable se sont retrouvés à l’occasion d’une réunion de haut niveau qui s’est tenue à Genève le 22 février 2016 dans le but de discuter des constatations et des recommandations des quatre équipes d’analyse. Les quatre principaux groupes universitaires sont l’Université d’Oxford, l’Institut norvégien de santé publique, l’Université de Sheffield-Imperial College et l’Institute for Health Metrics.

Le rapport de l’Initiative pour un accès équitable a été présenté le 12 décembre 2016.

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter l’équipe de projet en charge de l’Initiative à l’adresse électronique .