Argumentaire d’investissement de la septième reconstitution des ressources Lutter pour ce qui compte

Au cours des 20 dernières années, notre partenariat unique a investi plus de 53 milliards de dollars US, sauvé 44 millions de vies et abaissé le taux de mortalité combiné pour le VIH, la tuberculose et le paludisme de plus de la moitié dans les pays où le Fonds mondial investit.

Pour sa septième reconstitution des ressources, le Fonds mondial a besoin d’au moins 18 milliards de dollars US. Il s’agit du strict minimum requis pour remettre la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme sur la voie du succès, pour bâtir des systèmes résistants et pérennes pour la santé et renforcer la préparation aux pandémies, et contribuer à un monde plus équitable et mieux protégé contre les menaces futures.

L’enjeu ne pourrait être plus élevé. Les deux dernières années ont démontré de manière éloquente l’interaction entre les anciennes et les nouvelles pandémies. Le COVID-19 a été une catastrophe pour les populations les plus touchées par le VIH, la tuberculose et le paludisme. Si nous n’atteignons pas notre nouvel objectif d’investissement, beaucoup plus de personnes mourront de ces pandémies et seront exposées à de futures menaces pour la santé.

Ces fonds sont indispensables si l’on souhaite infléchir les trajectoires de la mortalité et de l’incidence en vue d’atteindre la cible de l’ODD 3 – mettre fin aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme d’ici 2030 –, construire des systèmes de santé plus solides et résilients et renforcer les capacités de prévention et de préparation liées aux pandémies à venir. En adoptant une approche intégrée visant l’atteinte de ces objectifs complémentaires, nous optimiserons l’impact de chaque dollar investi.

La cible du Fonds mondial pour la septième reconstitution des ressources est de recueillir au moins 18 milliards de dollars US. Ce niveau d’investissement est crucial : si nous n’atteignons pas cet objectif, nous échouerons.

Au moins 18 milliards de dollars US permettraient de sauver 20 millions de vies, de réduire le taux de mortalité du VIH, de la tuberculose et du paludisme de 64 % et de renforcer les systèmes pour la santé afin de bâtir un monde plus sain et plus équitable.

Notre argumentaire d’investissement dépeint la manière dont nous comptons lutter pour ce qui compte, protéger tout le monde, partout, des maladies infectieuses les plus meurtrières et bâtir un monde plus sain et plus équitable.

Argumentaire d’investissement de la septième reconstitution des ressources
télécharger en English | Français

Résumé
télécharger en عربي | Deutsch | English | Español | Français | Italiano | 日本語 | 한국어 | Русский

Aperçu de l'argumentaire d’investissement de la septième reconstitution des ressources
télécharger en عربي | Deutsch | English | Español | Français | Русский

Vue d’ensemble des besoins en ressources et prévision des ressources disponibles pour le VIH, la tuberculose et le paludisme dans les pays où le Fonds mondial investit

Avec au moins 18 milliards de dollars US, le Fonds mondial pourrait :

Avec au moins 18 milliards de dollars US, le Fonds mondial pourrait :

  • Sauver 20 millions de vies
  • Abaisser le nombre de décès liés aux trois maladies
  • Éviter plus de 450 millions d’infections ou de cas

Accélérer le progrès vers l’ODD 3 et la couverture sanitaire universelle, et renforcer la préparation aux pandémies :

  • Jouer un rôle de catalyseur pour porter les investissements nationaux à 59 milliards de dollars US
  • Renforcer les systèmes pour la santé et la préparation aux pandémies
  • Obtenir un rendement des investissements de 31 pour 1
  • Réduire les inégalités dans les services de santé

Il est essentiel de remettre la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme sur la bonne voie. Avant même le COVID-19, la trajectoire de réduction des infections et des décès s’était écartée des projections avancées dans les plans mondiaux de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

L’adoption d’une approche plus intelligente, moins cloisonnée et plus intégrée, tant pour la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et la lutte contre le COVID-19 que pour la préparation aux pandémies, nous permettra de relever les trois défis avec une grande efficacité et sur la base de coûts marginaux. Si nous complétons les investissements propres aux maladies par des investissements dans les capacités d’appoint et les interventions multipathogènes, nous pourrons d’un seul élan apporter des bienfaits immédiats aux pays et aux communautés en termes de vies sauvées et d’infections évitées. Nous renforcerons aussi la capacité de prévention, de détection et d’intervention des systèmes de santé au regard des futures menaces.

Comment 18 milliards de dollars US soutiennent les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, et renforcent les systèmes de santé pour accroître la résilience, la pérennité et la préparation aux pandémies

En 2002, le Fonds mondial a été créé dans le but de lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme – trois pandémies qui tuaient des millions de personnes chaque année. Au cours des 20 dernières années, nous avons formé une alliance forte et dynamique réunissant des milliers d’organisations de tous les horizons dans un partenariat unique pour faire face aux maladies infectieuses les plus meurtrières du monde dans plus de 120 pays.

Depuis deux ans, ce même partenariat joue un rôle crucial dans la riposte mondiale au COVID-19. Tous ces efforts ont eu un impact immense. Plus de 44 millions de vies ont été sauvées. Notre partenariat continuera de jouer un rôle essentiel dans un monde qui cherche à accélérer les progrès pour mettre fin, d’ici 2030, au sida, à la tuberculose et au paludisme en tant que menaces pour la santé publique, à vaincre le COVID-19, et à bâtir de meilleurs mécanismes de défense contre les pandémies futures.

Consulter le Rapport sur les résultats

Lutter pour ce qui compte : les personnes et l’impact

Nous avons surmonté des obstacles en apparence infranchissables dans le passé; nous pouvons le faire de nouveau. Lorsque le Fonds mondial a été créé il y a 20ans, rien ne semblait pouvoir arrêter le VIH,la tuberculose et le paludisme. Et pourtant, nous avons prouvé qu’avec la science, des ressources adéquates et une collaboration efficace à l’échelle mondiale, il était possible de faire reculer les maladies les plus redoutables.

Pour chaque tranche de 100 millions de dollars US investis dans les programmes soutenus par le Fonds mondial au cours des trois années à venir contribuera aux résultats suivants* :

sauver 113 000 vies grâce aux programmes financés par le Fonds mondial ; et

éviter 2,5 millions de nouvelles infections ou de nouveaux cas des trois maladies ; et

générer un rendement économique en gains liés à la santé se chiffrant à 2,9 milliards de dollars US ; et

fournir un traitement antirétroviral à 156 000 personnes ; et

fournir à 15 000 femmes des médicaments de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ; et

offrir des services de dépistage du VIH et de conseil à 4,3 millions de personnes ; et

inscrire 259 000 membres des populations clés à des programmes de prévention ; et

fournir un traitement et des soins contre la tuberculose à 98 000 personnes ; et

dépister 1,8 million de personnes pour la tuberculose ; e

fournir un traitement contre la tuberculose multirésistante à 3 700 personnes ; et

fournir un traitement antirétroviral à 4 900 patients séropositifs atteints de tuberculose ; et

distribuer 7,6 millions de moustiquaires afin de protéger les enfants et les familles du paludisme ; et

fournir 40 000 traitements de chimioprévention du paludisme saisonnier pour protéger les enfants du paludisme ; et

fournir un traitement et des soins à 1,6 million de personnes atteintes du paludisme

Les estimations sont obtenues à partir des modèles établis pour estimer l’impact de l’argumentaire d’investissement du Fonds mondial pour la période 2023-2025. Pour estimer les résultats d’une contribution financière donnée au Fonds mondial, on applique d’abord la répartition entre les maladies prévue dans le modèle d’allocation du Fonds mondial, puis on calcule les résultats en supposant une relation linéaire entre le financement et les résultats. Des frais généraux de 5 % sont déduits du montant.

Le Fonds mondial appuie une vaste gamme d’interventions recommandées par les partenaires techniques qui dépassent le cadre des interventions présentées dans les résultats de ce calculateur.

Les calculs reflètent les contributions des investissements du Fonds mondial dans les programmes nationaux et leurs résultats. Le Fonds mondial recommande fortement de bien préciser, lorsque l’on utilise ces chiffres, que les résultats sont obtenus en collaboration avec les partenaires.