Nouvelles et articles

Le Fonds mondial lance sa première campagne de communication

02 septembre 2004

Paris, le 2 Septembre 2004 – Le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le paludisme, dévoile aujourd'hui sa première campagne de communication média.

En présence de:

  • M. Philippe Douste-Blazy, Ministre de la Santé, et de la Protection Sociale
  • M. Xavier Darcos, Ministre délégué à la Coopération
  • Mme Hélène Rossert-Blavier, Vice-Présidente du Conseil d'Administration du Fonds Mondial, et Directrice générale AIDES France
  • Mme Mireille Guigaz, Ambassadrice pour la Lutte contre le Sida au Ministère des affaires étrangères
  • Le Professeur Richard Feachem, Directeur Executif du Fonds Mondial, a préssenté les projets du Fonds Mondial,
  • Le Professeur Nestor Mamadounali, Ministre de la Santé de la République Centrafricaine,
  • M. Maurice Lévy, Président du Directoire de Publicis Groupe

Le Fonds Mondial a été créé en 2002 à l'initiative des membres du G8 et des Nations Unies pour stopper la progression croissante de ces maladies dans les pays les plus pauvres et inverser radicalement le mouvement : faire reculer ces maladies. En deux ans, plus de 3 milliards de dollars ont déjà été engagés dans 128 pays , permettant de sauver des vies et de prévenir ces maladies.

Six millions de personnes dans le monde meurent chaque année de ces maladies , -soit 16 439 personnes par jour- c'est pourquoi le Fonds Mondial a décidé de déployer de grands moyens pour permettre d'enrayer ces fléaux meurtriers.

Cette mise à disposition exceptionnelle de moyens importants permettra à ces pays d'étendre les programmes existants (de prévention, de soins,…) à un niveau correspondant encore mieux à leurs besoins. Et cela permettra également à d'autres pays de lancer de nouveaux programmes là où il n'en existait pas, faute de moyens financiers.

Ces trois maladies, véritables fléaux, anéantissent des populations déjà défavorisées en créant une spirale infernale. L'impact est sanitaire, social, économique et politique, car l'affaiblissement de familles entières freine la stabilité économique et sociale, plus globalement, accroît de nombreux déséquilibres mondiaux.

La campagne de communication proposée par Publicis porte le défi du Fonds Mondial sur la place publique. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, et combattre ces maladies, la mobilisation doit être générale et l'engagement de tous encore plus fort. L'intention de cette campagne est donc de faire connaître le Fonds Mondial – organisme financier mondial, collecteur de fonds auprès des gouvernements, institutions et partenaires, et ‘redistributeur' auprès d'acteurs locaux de terrain, - et de rendre concrète l'action du Fonds (et donc l'engagement de ses contributeurs).

L'axe stratégique retenu par la communication repose sur la croyance que lorsque l'on doit lutter contre des fléaux mondiaux, mieux vaut utiliser des organisations de taille mondiale, selon le principe fondateur : ‘aux grands maux, grands remèdes'.

Trois annonces presse « L'hélicoptère » ; « Le bateau » et « Le camion » mettent l'emphase de manière symbolique sur l'aide directe apportée par le Fonds Mondial. Un tube d'« antipaludine », une gélule et une seringue sont mis en scène dans des proportions surréalistes comme autant d'allégories de l'ampleur des moyens préventifs et curatifs indispensables pour lutter contre ce fléau.

La diversité des objets mis en scène renvoie à la multiplicité des actions et la diversité des lieux (jungle, désert, mer) ainsi que des moyens de transport à celle de l'étendue du fléau et des actions menées (…on est sur tous les fronts !).

La campagne presse débute le 2 septembre 2004 (jusqu'à fin octobre) ; 40 titres de presse ont accepté à ce jour de soutenir la campagne (PQN, news magazine, presse féminine, presse télé, presse loisirs).

Le film est construit autour du même concept et s'achève sur une signature éloquente : « Pour mener un combat, il faut être de taille ». Volontairement impactant par la violence de la réalisation, ce 30'' version télé (déclinée en 50 secondes pour le cinéma) est un hymne au réveil des consciences : dire ce qui se passe et évoquer une vérité et une réalité quotidienne abrupte et mortelle. Une réalité qui appelle au combat organisé et puissant.

L'impact passe par une réalisation très réaliste et tranchante au cœur des tréfonds de la banlieue de Glasgow , des voix originales avec un sous-titrage, le tout sans musique de fond. Une plongée au cœur de la vision d'un homme dont la supériorité affirmée tout au long du film est mise à mal à la fin du spot, au moment même où il est confronté à un adversaire bien plus grand que lui.

La campagne TV démarrera le 7 septembre, de même que le cinéma à la mi-septembre.

Ce lancement est accompagné d'une campagne de relations presse.

Professeur Richard Feachem , directeur exécutif du Fonds Mondial, a indiqué à propos de cette campagne : « Le Fonds Mondial existe grâce aux fonds publics et privés qui nous sont confiés. Nous avons le devoir de faire savoir qui nous sommes, ce que nous faisons et nos objectifs. Cette campagne est une première étape pour nous faire connaître et appuyer notre effort de mobilisation mondiale ».

Cette campagne a été réalisée grâce au concours de Publicis Groupe, qui par la voix de son Président Maurice Lévy, s'était engagé en mai 2003 à offrir au Fonds Mondial tout l'appui gracieux de son groupe afin de mettre en place une communication internationale.

Maurice Lévy , Président du Directoire de Publicis Groupe, a indiqué : « Le Fonds Mondial est engagé dans l'un des plus grands défis que l'humanité a eu à affronter. Nous apportons notre concours dans un esprit de solidarité avec les pays en développement. Notre choix créatif est original : nous avons voulu sortir des sentiers battus pour frapper l'imagination et montrer que les grands maux requièrent les grands moyens, dans un langage proche des jeunes afin de les mobiliser .»

Après la diffusion en France, cette campagne de communication devrait se déployer simultanément en Grande Bretagne, en Allemagne, en Italie et au Japon dès novembre 2004.

La conférence de presse a été suivie d'un déjeuner en présence du Ministre de la Santé et de la Protection Sociale, Philippe Douste-Blazy , et de Xavier Darcos , Ministre délégué à la Coopération rassemblant autour de Richard Feachem et Maurice Lévy des dirigeants d'entreprises.

Cette rencontre est destinée à renforcer les liens entre le Fonds Mondial et les entreprises, selon une logique de partenariat public/privé, autour de projets locaux efficaces, déjà lancés ou en cours de lancement.

S’abonner

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse, veuillez envoyer un message à press@theglobalfund.org.

Autres nouvelles et articles