Nouvelles et articles

Le Japon garantit une contribution de 476 millions de dollars au Fond mondial

27 mars 2020

日本政府、グローバルファンドに対する4億7,600万米ドルの支援を確保
télécharger en 日本語

TOKYO – Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme se félicite de l’adoption par la Diète japonaise du budget additionnel pour l’exercice 2019 et du budget pour l’exercice 2020, qui prévoient une contribution de 476,4 millions de dollars au Fonds mondial cette année. Signe du rôle prépondérant du Japon dans le domaine de la santé mondiale à l’heure où le monde combat la pandémie de COVID-19, cette contribution annuelle est la plus importante jamais versée par le pays au Fonds mondial.

Cette dernière contribution fait partie des engagements pris par le Japon lors de la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial. Le pays s’était en effet engagé à hauteur de 840 millions de dollars à cette occasion. Le ministre des Affaires étrangères Keisuke Suzuki, qui dirigeait la délégation japonaise, avait réaffirmé l’engagement du pays lors de cette conférence organisée à Lyon en octobre 2019 en déclarant : « La fin des trois épidémies à l’horizon 2030 et la transition réussie des pays maîtres d’œuvre sont des responsabilités qui n’incombent pas uniquement au Fonds mondial mais à la communauté internationale dans son ensemble. Le Fonds mondial a appliqué une méthode novatrice de cofinancement en vertu du principe d’appropriation des programmes par les pays bénéficiaires. Cet élément indispensable pour assurer la viabilité des programmes et une transition réussie devra être renforcé au cours des trois prochaines années. »

Le Japon soutient une nouvelle initiative du Fonds mondial qui autorise les pays à utiliser jusqu’à 5 % du montant d’une subvention approuvée pour riposter à la pandémie de COVID-19, tout en assurant la continuité de programmes vitaux pour lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Le rôle de premier plan du Japon dans la promotion de la couverture sanitaire universelle permet d’envisager un monde débarrassé à la fois des anciennes pandémies et des pandémies émergentes.

« Alors que le monde est aux prises avec la pandémie de COVID-19, nous sommes heureux de soutenir le Fonds mondial, qui consacre ses efforts à aider des populations vulnérables telles que les personnes vivant avec le VIH, la tuberculose et le paludisme », a déclaré Ichiro Aisawa, membre de la Chambre des représentants et coprésident du groupe des Amis du Fonds mondial à la Diète. « Nous nous réjouissons ici au Japon de pouvoir contribuer à l’action du Fonds mondial, qui lutte contre ces maladies tout en œuvrant pour renforcer les systèmes de santé d’une manière qui favorise la santé pour tous. »

« En cette période critique pour la santé mondiale, le Japon continue ouvrir la voie à des initiatives qui visent à concrétiser une couverture sanitaire universelle et à instaurer une sécurité sanitaire à l’échelle mondiale », a déclaré Peter Sands, Directeur exécutif du Fonds mondial. « Nous adressons toute notre reconnaissance au peuple japonais et au premier ministre Abe pour cet appui indéfectible. »

Depuis le début, le Japon en a été un fervent partisan du Fonds mondial. C’est ainsi que le pays a inscrit les maladies infectieuses à l’ordre du jour du Sommet du G8 de Kyushu-Okinawa en 2000, ce qui a ouvert la voie à la création du Fonds en 2002. Le Japon est le cinquième contributeur du Fonds mondial. Grâce au soutien du Japon et d’autres partenaires, le partenariat du Fonds mondial a sauvé plus de 32 millions de vies dans le monde.

S’abonner

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse, veuillez envoyer un message à press@theglobalfund.org.

Autres nouvelles et articles