News

Les établissements de santé de l’Afghanistan restent ouverts grâce à l’aide d’urgence du PNUD et du Fonds mondial

11 novembre 2021

KABOUL - Le PNUD et le Fonds mondial ont pris l’initiative d’accorder une aide financière et un soutien d’urgence à un système de santé afghan exsangue, afin que celui-ci puisse continuer d’offrir des soins de santé essentiels au peuple afghan à travers le pays. Le Fonds mondial a ainsi octroyé 15 millions de dollars US en vue d’assurer la continuité des services de santé essentiels. La somme a été gérée et décaissée par le PNUD, avec l’assistance d’un réseau d’ONG et de partenaires fournisseurs de produits de santé.

Un élément clé de cette aide d’urgence au fonctionnement du système de santé était d’assurer la rémunération des agents de santé. Le PNUD a versé les salaires du mois d’octobre à plus de 24 000 agents de santé, dont près du tiers sont des femmes, dans 2 200 établissements de santé.

« Tous nos collègues se présentaient encore au travail, en dépit des circonstances, parce qu’il y avait beaucoup de cas et un risque de hausse du taux de mortalité des mères et des enfants, a déclaré un agent de santé dans la province du Badakhshan. Heureusement, avec l’aide du PNUD, nous avons reçu nos paies d’octobre à temps, ce qui nous a permis de rester en poste et de travailler encore plus dur. » [1]

L’initiative est mise en œuvre dans 31 des 34 provinces de l’Afghanistan, en collaboration avec des organisations de la société civile actives dans le domaine de la santé. À son plein déploiement la semaine prochaine, l’initiative touchera 26 000 agents de santé.

En plus de verser les salaires, le PNUD finance l’achat de médicaments et de produits de santé essentiels pour les établissements de santé participants.

« Nous pouvons prévenir l’effondrement total des services essentiels qui couvrent les besoins fondamentaux du peuple afghan, a déclaré Kanni Wignaraja, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies et directrice du Bureau régional du PNUD pour l’Asie et le Pacifique. Notre mise à l’épreuve des systèmes financiers et d’approvisionnement montre que l’aide peut être distribuée directement aux personnes qui en dépendent pour leur survie. D’autres partenaires pourront tirer parti de cette expérience au moment de fournir au peuple afghan une aide humanitaire et de répondre à ses besoins de base ».

En étroite collaboration avec un groupe d’ONG et d’organisations de la société civile partenaires, le PNUD a conclu des accords avec des banques locales et un fournisseur de services de transfert d’argent pour s’assurer de verser aux agents de santé leurs salaires dans la devise locale. Les efforts et le travail de terrain de ces organisations locales partenaires ont été les clés du succès.

En combinant plusieurs instruments de transfert d’argent, le PNUD a pu contourner le problème de la pénurie de liquidités dans le système bancaire afghan. Plus de 90 % des agents de santé ont reçu leur paie directement dans leur compte bancaire. Le PNUD continue de traiter le salaire de 2 000 agents de santé supplémentaires, dont un bon nombre sont payés en espèces parce qu’ils vivent dans des régions éloignées et n’ont pas de compte bancaire.

« Notre impératif était de veiller à ce que les populations les plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles, puissent avoir accès en toute sécurité aux services de santé essentiels, explique Mark Edington, directeur de la division de la Gestion des subventions du Fonds mondial. Cette initiative prouve que les programmes vitaux peuvent continuer. Nous exhortons les autres donateurs à fournir une aide d’urgence à la population afghane en cette période critique. »

L’initiative avait pour but de fournir suffisamment de ressources pour compenser l’interruption du financement des donateurs internationaux. Des millions de personnes vulnérables risquent de perdre l’accès aux soins de santé primaires en Afghanistan.

« C’est un jalon important dans nos efforts pour offrir un soutien direct au personnel de première ligne qui répond aux besoins humains fondamentaux et sauve des vies, souligne Abdallah al Dardari, représentant résident du PNUD en Afghanistan. Cette initiative a permis de fournir des ressources indispensables à des personnes qui, autrement, envisageraient de quitter l’Afghanistan faute de perspectives d’avenir. »

Depuis 2015, le Fonds mondial et le PNUD travaillent ensemble en Afghanistan afin de soutenir la riposte du pays au VIH, à la tuberculose et au paludisme et de renforcer les systèmes de santé à travers le pays. En 2020 seulement, grâce au soutien du Fonds mondial et du PNUD, le projet Sehatmandi a fourni un traitement antirétroviral à 1 094 personnes, traité 45 667 personnes pour la tuberculose et distribué plus de 3 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée pour prévenir le paludisme. En juillet 2021, le Fonds mondial a approuvé 14,9 millions de dollars US pour soutenir la riposte de l’Afghanistan à la pandémie de COVID-19, atténuer l’impact de la pandémie sur les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, fournir des produits médicaux, des tests et des traitements essentiels, protéger les agents de santé de première ligne et renforcer les systèmes de santé.

[1] Les personnes et les endroits ne sont pas nommés pour des raisons de sécurité.

S’abonner

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse, veuillez envoyer un message à press@theglobalfund.org.

Autres nouvelles et articles