Bureau de l’Inspecteur général

Mise en œuvre des subventions en Afrique occidentale et centrale

31 mai 2019

L’Afrique occidentale et centrale est une région d’importance critique pour le Fonds mondial. Depuis 2002, l’Organisation y a investi 6,9 milliards de dollars – dont 1,1 milliard pour des systèmes résistants et pérennes pour la santé en 2014 et 10 millions par an pour l’assistance technique.

L’Afrique occidentale et centrale est un contexte d’intervention difficile caractérisé par une fragilité et une instabilité élevées, des systèmes de santé précaires, des ressources budgétaires restreintes, des fonds limités alloués à la santé et une insuffisance de financement significative. Malgré cela, des progrès majeurs ont été enregistrés dans la réduction de la mortalité du paludisme et du VIH (-37 % et -27 %, respectivement, depuis 2010). La lutte contre la tuberculose reste toutefois à la traîne dans cette région et les décès liés à la maladie ont augmenté de 5 % durant la même période.

À la demande du Directeur exécutif, le Bureau de l’Inspecteur général a effectué un examen consultatif de la mise en œuvre des subventions en Afrique occidentale et centrale. L’objectif est d’avoir une meilleure connaissance des potentiels obstacles à la mise en œuvre et d’identifier des opportunités pour améliorer les résultats des programmes.

Cet examen a permis de découvrir que des mesures compensatoires d’atténuation des risques assorties de processus simples et flexibles, et susceptibles d’être adaptées aux spécificités des contextes nationaux constituaient des catalyseurs essentiels pour une mise en œuvre efficace des programmes. De nombreux accords de mise en œuvre existants en Afrique occidentale et centrale entravent les résultats et divers obstacles à l’accès aux services de santé contribuent aux retards dans les résultats de la lutte contre le VIH et la tuberculose. Afin de surmonter les difficultés actuelles et d’améliorer les résultats en Afrique occidentale et centrale, l’examen consultatif a émis différentes recommandations relatives aux processus internes du Fonds mondial, aux accords de mise en œuvre, à l’assistance technique et à l’accès à la santé.

  • Mise en oeuvre des subventions en Afrique occidentale et centrale
    (GF-OIG-19-013 - mai 2019)
    télécharger en English | Français
  • Plan d’Action
    télécharger en English | Français

Pour plus d’information:

Dougal Thomson
Courriel:
Portable: + 41 (0)79 717 6694

###

Le Bureau de l'Inspecteur général protège les actifs, les investissements, la réputation et la viabilité du Fonds mondial en veillant à ce qu'il prenne les bonnes mesures pour mettre un terme aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme. Au travers d'audits, d'enquêtes et d'activités de conseils, il encourage les bonnes pratiques, limite les risques et fait état des actes répréhensibles dans un souci de transparence et d'exhaustivité.

Créé en 2005, le Bureau de l'Inspecteur général est une unité indépendante du Fonds mondial, mais qui en fait néanmoins partie intégrante. Il rend compte au Conseil d'administration par l'intermédiaire de son Comité d'audit et d'éthique, et sert les intérêts de toutes les parties prenantes du Fonds mondial. Il exerce ses activités conformément aux Normes internationales pour la pratique professionnelle de l'audit interne et aux Lignes directrices uniformes en matière d'enquête de la Conférence des enquêteurs internationaux.

Le Fonds mondial est d'avis que chaque dollar compte et mène une politique de tolérance zéro vis-à-vis de la fraude, de la corruption et du gaspillage. Au travers de ses mécanismes de signalement des actes répréhensibles, le Bureau de l'Inspecteur général encourage chacun à faire connaître les cas de fraude, d'abus ou d'atteintes aux droits de l'Homme empêchant les ressources du Fonds mondial de parvenir à ceux qui en ont besoin.