Updates

The Global Fund / Nana Kofi Acquah

Remarque concernant les résultats programmatiques du Fonds mondial

19 septembre 2019

Le Rapport 2019 sur les résultats du Fonds mondial présente certains des résultats programmatiques (par exemple, les personnes sous traitement antirétroviral, les personnes traitées contre la tuberculose, les moustiquaires distribuées) obtenus par les programmes soutenus en 2018. Les résultats annuels complets et agrégés pour 2017 et 2018 se trouvent dans notre document (en anglais) :

  • Rapport 2019 sur les résultats – Annexe 1, Méthodologie
    télécharger en English

Les résultats propres à chaque pays se trouvent sur notre Explorateur de données, qui reprend les données les plus récentes, ce qui peut différer des rapports annuels publiés précédemment en raison de corrections et de mises à jour rétroactives.

Pour mesurer les résultats et l’impact, le Fonds mondial utilise les estimations officielles de la charge de morbidité et de l’impact des maladies élaborées et publiées par nos partenaires techniques, dont l’OMS, l’ONUSIDA, le Partenariat Halte à la tuberculose et le Partenariat RBM pour mettre fin au paludisme. Nous ne faisons pas nos propres estimations de la charge de morbidité et de l’impact des maladies, dont les chiffres se fondent sur les dernières données disponibles fournies par l’ONUSIDA et l’OMS. Dans le Rapport 2019 sur les résultats, les données sur le VIH sont celles de 2018, mais celles sur la tuberculose et le paludisme datent de 2016 ou 2017, comme indiqué, les données de 2018 de l’OMS n’étant pas encore disponibles au moment de la publication.

Le Fonds mondial calcule ses résultats (moustiquaires distribuées, personnes sous traitement antirétroviral, etc.) à partir des données relatives au VIH, à la tuberculose et au paludisme dans les pays où il investit sur une année donnée. Cela signifie que nos résultats diffèrent des chiffres mondiaux présentés dans les rapports de l’OMS et de l’ONUSIDA, qui incluent toutes les données de tous les pays du monde.

Le Fonds mondial publie les résultats complets des pays dans lesquels il investit, plutôt que ceux de projets ou d’interventions spécifiques. Cette préférence reflète un principe fondateur du Fonds, selon lequel il soutient des programmes et des stratégies de santé nationaux visant à atteindre les objectifs établis par les pays. La publication de résultats nationaux complets permet de montrer l’impact des programmes financés avec le soutien de tous les partenaires et de déterminer si les pays sont sur la voie de l’élimination des épidémies à l’horizon 2030.

Le nombre de « vies sauvées » figurant dans les résultats du Fonds mondial est calculé en collaboration avec des partenaires techniques à l’aide des méthodes de modélisation les plus avancées actuellement disponibles, ce qui donne des estimations sophistiquées et non des chiffres scientifiquement exacts.

Le nombre de vies sauvées dans un pays donné au cours d’une année précise est estimé en soustrayant le nombre réel de décès du nombre de décès qui auraient été enregistrés dans un scénario où les interventions clés de lutte contre les maladies n’auraient pas été menées. Si l’on prend par exemple un pays où un programme de lutte contre la tuberculose offre un traitement aux personnes vivant avec la maladie. En un an, 1 000 personnes ayant reçu un diagnostic de la tuberculose ont été traitées et 100 personnes sont mortes de la maladie. Si, pour ce même pays, les études démontrent que la probabilité pour un patient tuberculeux de mourir est de 70 pour cent, on peut raisonnablement en déduire que 700 personnes seraient mortes faute d’un traitement antituberculeux. En conséquence, l’impact estimé de l’intervention de traitement dans cette situation serait de 600 vies sauvées.

Le même principe est appliqué dans tous les pays et pour toutes les maladies, en utilisant les meilleures estimations disponibles en matière d’efficacité des interventions et d’épidémiologie.

L’année 2018 constitue la première année du cycle 2018/2020 de mise en œuvre des subventions. Les instances de coordination nationale (l’organisme regroupant des experts de la communauté locale, des autorités publiques et de la santé qui élabore et oriente les programmes soutenus par le Fonds mondial dans un pays) modulent les accords relatifs aux cadres de résultats en fonction de chaque nouveau cycle de subvention afin d’adapter et de cibler les investissements du Fonds mondial pour maximiser l’impact et tirer parti des enseignements du cycle précédent. Dans la mesure où les indicateurs connexes identifiés par les instances de coordination nationale peuvent varier considérablement d’un cycle à l’autre, certains résultats de 2018 ne peuvent être comparés directement à ceux de l’année précédente, notamment s’agissant des services de prévention du VIH, qui regroupent une gamme de services déterminée par les pays et suivie au niveau national et infranational. Pour une explication complète de la méthodologie de communication des résultats du Fonds mondial, veuillez consulter la page Méthodologie de communication des résultats (en anglais).