Mises à jour

Le Fonds mondial salue la contribution des Pays-Bas à l’Accélérateur ACT

20 avril 2021

Le Fonds mondial a salué avec enthousiasme l’annonce des Pays-Bas, d’une contribution à hauteur de 52 millions d’euros à l’Accélérateur d’accès aux outils contre le COVID-19 (Accélérateur ACT) – une collaboration mondiale novatrice visant à accélérer la mise au point, la production et l’accès équitable aux nouveaux tests, traitements et vaccins pour lutter contre le COVID-19.

De cette nouvelle contribution, 12 millions d’euros seront distribués par l’intermédiaire du Fonds mondial pour renforcer sa riposte à la pandémie de COVID-19, tout en protégeant les avancées de la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme réalisées au cours des vingt dernières années. Le reste de cette contribution, soit 40 millions d’euros, sera investi dans l’approvisionnement en vaccins par l’intermédiaire du COVAX – le pilier vaccins de l’Accélérateur ACT. Ces fonds s’ajoutent aux 85 millions d’euros que les Pays-Bas ont déjà investis dans la riposte au COVID-19 depuis le début de la pandémie et portent donc, à ce jour, leur contribution à 137 millions d’euros.

Le financement distribué par le Fonds mondial permettra, entre autres, de renforcer les systèmes de santé, d’améliorer l’accès aux outils de diagnostic d’une importance cruciale et d’étendre la fourniture d’équipements de protection individuelle (EPI) aux agents de santé. Un rapport récemment publié par le Fonds mondial révélait que seulement 45 % des établissements de santé sondés dans 32 pays en Afrique et en Asie disposaient d’EPI en quantité suffisante et que seulement 11 % des établissements de santé en Afrique étaient en mesure de réaliser des tests de diagnostic rapide.

« Alors que le COVID-19 continue d’évoluer, de prendre des vies, d’accabler les systèmes de santé et de bouleverser les économies et les sociétés à travers le monde, nous sommes reconnaissants du soutien apporté par les Pays-Bas aux efforts mondiaux pour riposter à la pandémie, a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous parviendrons à atténuer les effets directs − et indirects – du COVID-19 sur les personnes les plus à risque. »

« Pour contrôler et contenir le COVID-19 à travers le monde, nous devons nous occuper des quatre piliers de l’Accélérateur d’accès aux outils contre le COVID-19, a expliqué Sigrid Kaag, ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération au développement. Nous devons garantir l’accès aux vaccins contre le COVID-19 pour tous les pays, qu’ils soient riches ou pauvres. Mais nous avons également besoin de systèmes de santé nationaux solides pour assurer que tous les produits essentiels parviennent aux personnes qui en ont le plus besoin. »

Le Fonds mondial a déjà déployé près d’un milliard de dollars US pour lutter contre le COVID-19 et en atténuer l’impact sur le VIH, la tuberculose et le paludisme dans plus de 100 pays. Les Pays-Bas apportent un soutien de longue date à la lutte du Fonds mondial contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, ainsi qu’à ses efforts pour l’établissement de systèmes résistants et pérennes pour la santé. À ce jour, ils ont investi plus de 1,025 milliard d’euros. Avec cette nouvelle contribution, les Pays-Bas réitèrent leur soutien solide en faveur du multilatéralisme, comme un moyen fiable de répondre aux plus grands enjeux mondiaux.