Mises à jour

La crise dévastatrice du COVID-19 en Inde

03 mai 2021

L’Inde fait face à une flambée épidémique de COVID-19 dévastatrice. Après avoir réussi à gérer la première vague de la pandémie en 2020, le pays est à présent sous le choc d’une deuxième vague grièvement meurtrière qui contamine plus de 300 000 personnes chaque jour. Les scènes déchirantes de patients allongés devant les hôpitaux, sur des brancards ou à l’intérieur des voitures en raison d’un nombre insuffisant de lits, ont fait le tour du monde et la pénurie criante d’oxygène continue de faire grimper les décès de façon alarmante. D’après l’OMS (en anglais), 392 000 nouveaux cas et 3 689 décès ont été recensés au cours des dernières 24 heures seulement (3 mai).

Dans le cadre du dispositif de riposte au COVID-19 de 2021, le Fonds mondial traite en urgence une demande de financement accélérée provenant de l’instance de coordination nationale de l’Inde afin d’acheter des concentrateurs d’oxygène et de financer les Installations de production d’oxygène par adsorption par inversion de pression, et ainsi répondre aux besoins d’oxygène médical à moyen terme. Nous travaillons étroitement avec le gouvernement indien et les partenaires nationaux pour aider à identifier des solutions pour les besoins les plus critiques.

Le Fonds mondial collabore également avec des partenaires internationaux pour soutenir l’Inde. En février 2021, le groupe de travail d'urgence pour les besoins en oxygène liés au COVID-19 (en anglais) a été lancé par Unitaid et le Wellcome Trust, qui dirigent conjointement le pilier traitements de l’Accélérateur d’accès aux outils contre le COVID-19 (Accélérateur ACT) afin de répondre à l’urgence des besoins en oxygène déferlants dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le groupe de travail rassemble des organisations clés, dont Unitaid, le Wellcome Trust, le Fonds mondial, l’OMS, Unicef, la Banque mondiale, la Clinton Health Access Initiative (CHAI), PATH, la coalition Every Breath Counts et Save the Children.

En 2020, le Fonds mondial a soutenu l’Inde en allouant plus de 36,8 millions de dollars US grâce au dispositif de riposte au COVID-19, aux économies réalisées au titre des subventions et à la reprogrammation pour rapidement s’adapter et atténuer l’impact de la pandémie sur les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme ; et directement lutter contre le COVID-19. Ce financement a appuyé de nombreuses activités, notamment l’achat d’équipements de protection individuelle (EPI) pour le personnel de santé et les agents de santé communautaires, le renforcement des systèmes de laboratoire et l’achat d’équipement destiné aux tests ; ainsi que l’appui aux systèmes de santé communautaires. Ce financement a également permis de soutenir les mesures adaptatives qui ont été adoptées pour diminuer l’impact du COVID-19 sur les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme – par exemple, en décentralisant la fourniture d’antirétroviraux afin de garantir un accès ininterrompu aux médicaments vitaux pour les patients atteints du VIH.

En plus de soutenir la riposte à la crise du COVID-19, le Fonds mondial continue à appuyer l’Inde dans sa lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. À ce jour, le Fonds Mondial a versé plus de 2,3 milliards de dollars US en subventions à l’Inde pour l’appuyer dans sa lutte contre les trois maladies : plus de 1,2 milliard de dollars US pour les programmes de lutte contre le VIH, plus de 888 millions de dollars US pour les programmes de lutte contre la tuberculose, plus de 28 millions de dollars US pour les programmes communs VIH/tuberculose, et plus de 226 millions de dollars US pour les programmes de lutte contre le paludisme.