Communiqués de presse - 2015

Une nouvelle subvention pour soutenir les droits de l’Homme dans dix pays d’Afrique

19 novembre 2015

Genève - Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds mondial ont signé un accord de subvention d'une valeur de 10,5 millions de dollars US pour faire face aux obstacles en matière des droits de l'Homme auxquels se heurtent les communautés vulnérables en Afrique et pour faciliter l'accès à des soins de santé vitaux. Cette subvention est la première du genre et concernera dix pays, à savoir le Botswana, la Côte d'Ivoire, le Kenya, le Malawi, le Nigeria, l'Ouganda, le Sénégal, les Seychelles, la Tanzanie et la Zambie.

Les populations privées de droits, comme les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les professionnels du sexe, les consommateurs de drogue et les personnes transgenres, voient systématiques leurs droits bafoués et se heurtent à des obstacles au moment d'obtenir des soins de santé vitaux, à l'instar de services de prévention, de traitement et de prise en charge du VIH et de la tuberculose.

« Le droit à la santé, c'est le droit, pour chaque individu au plus haut niveau possible de santé physique et mentale », indique Helen Clark, l'Administratrice du PNUD. « Ensemble, nous devons aider les pays à appliquer des lois et des politiques fondées sur des éléments tangibles et les droits de l'Homme dans le but de réduire le rejet social, de préserver la dignité et de garantir un accès aux services de santé essentiels pour tous. Il convient d'abolir les lois et les pratiques répressives qui entravent des ripostes efficaces au VIH et à la tuberculose. »

Soixante-dix pour cent des nouvelles infections à VIH de la planète se concentrent en Afrique subsaharienne. Bien que des progrès considérables aient été réalisés ces dernières années pour promouvoir l'accès à de meilleurs services de santé dans la plupart des pays, le rejet social et la discrimination qui entourent les personnes touchées par le VIH restent une entrave à leur accès à des traitements essentiels. L'argent de la subvention appuiera le renforcement des lois et des politiques visant à améliorer l'accès aux soins de santé et à réduire l'impact du VIH et de la tuberculose sur ces populations vulnérables.

« Nous ne mettrons fin aux épidémies de VIH et de tuberculose que si nous allons au-devant des plus vulnérables, ce qui passe par la levée des obstacles liés aux droits de l'Homme pour bénéficier de soins de santé de qualité », a déclaré Mark Dybul, le Directeur exécutif du Fonds mondial.

Le PNUD sera le récipiendaire principal de cette subvention régionale africaine de trois ans, en association avec quatre organisations de la société civile africaine : AIDS and Rights Alliance for Southern Africa (ARASA), ENDA Santé, KELIN, et Southern African Litigation Centre (SALC). Ces organisations disposent de compétences reconnues en matière de documentation des atteintes aux droits de l'Homme, d'action stratégique en justice, de plaidoyer et de renforcement des capacités.

Le partenariat du Fonds mondial a été fondé sur la base d'un engagement ferme à promouvoir les droits de l'Homme et il collabore avec les pays pour identifier les lacunes et les aider à modéliser plus efficacement leurs investissements. La promotion et la protection des droits de l'Homme sont essentielles à l'élargissement de l'accès aux services de santé, notamment pour les populations-clés et les plus vulnérables.

Le PNUD est partenaire du Fonds mondial depuis 2003 pour concrétiser leur objectif commun de lutter plus efficacement contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, notamment dans les communautés les plus démunies et les plus marginalisées plongées dans des situations nationales difficiles.