Header photo

Tuberculose

Le défi

La tuberculose est l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières à l’échelle mondiale. Plus de 1,5 million de personnes ont succombé à la tuberculose en 2020, y compris des personnes vivant avec le VIH. La maladie est la première cause de mortalité chez les personnes vivant avec le VIH, responsable du tiers des décès dans cette population.

La pandémie de COVID-19 a eu un effet dévastateur sur la lutte contre la tuberculose. Les décès imputables à la maladie ont augmenté pour la première fois en plus de dix ans, en raison d’une forte augmentation des cas non diagnostiqués et non traités. Les programmes de lutte contre la tuberculose enregistrent, pour la première fois depuis la création du Fonds mondial, une détérioration importante des principaux indicateurs par rapport à l’année précédente. Entre 2019 et 2020, le nombre de personnes traitées contre la tuberculose a diminué de près d’un million dans les pays où le Fonds mondial investit. Le nombre de personnes traitées contre la tuberculose pharmacorésistante a baissé de 19 %, et le nombre de personnes sous traitement contre la tuberculose ultrarésistante a chuté de 37 %.

Pour faire face aux graves perturbations engendrées par le COVID-19 et mettre fin au COVID-19 et à la tuberculose en tant que menaces pour la santé mondiale, nous devons combattre les deux maladies en même temps. Nous devons de toute urgence mettre à l’échelle les efforts d’adaptation et d’atténuation pour regagner le terrain perdu en investissant davantage dans les mêmes outils, les mêmes agents de santé et les mêmes systèmes de santé nécessaires pour lutter aujourd’hui contre la tuberculose et le COVID-19 et nous préparer aux prochaines pandémies transmissibles par voie aérienne.

Cette année, à l’occasion de la septième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, le monde aura l’occasion d’investir davantage pour protéger les gains que nous avons durement acquis et se remettre sur la voie de notre lutte contre la tuberculose. Soyons clairs : ne pas intensifier les investissements dans la lutte contre la tuberculose équivaut à abandonner les objectifs d’éliminer la menace que représente la maladie pour la santé publique d’ici 2030.

Tendances des nouveaux cas de tuberculose (toutes formes)
dans les pays où le Fonds mondial investit

La tuberculose en chiffres

Financement

  • Le Fonds mondial assure 76 % du financement international des programmes de lutte contre la tuberculose.
  • Nos investissements dans les programmes de prévention et de traitement de la maladie totalisaient 8,5 milliards de dollars US en date de juin 2022.

Prévention

  • 395 000 personnes exposées à la tuberculose ont reçu un traitement préventif en 2021.

Dépistage et traitement

  • 5,3 millions de personnes sous traitement antituberculeux en 2021.
  • 110 000 personnes sous traitement contre la tuberculose multirésistante en 2021.
  • 283 000 patients tuberculeux vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral pendant leur traitement antituberculeux en 2021.

En savoir plus sur la tuberculose en consultant notre Rapport sur les résultats

Consulter l'Explorateur de données pour obtenir davantage de données sur la tuberculose (en anglais)

Notre riposte

Le Fonds mondial assure 76 % du financement international des programmes de lutte contre la tuberculose (12 % de l’ensemble des ressources disponibles) et il avait, en date de juin 2022, investi 8,5 milliards de dollars US dans des programmes de prévention et de traitement de la tuberculose et 5 milliards de dollars US supplémentaires dans des programmes de lutte contre la co-infection tuberculose/VIH. Dans les pays où le Fonds mondial investit, les décès imputables à la tuberculose ont baissé de 21 % depuis 2002, année de création du Fonds mondial. Sans ces interventions, le nombre de décès imputables à la tuberculose aurait augmenté de 121 % au cours de la même période.

Tendances des décès imputables à la tuberculose (exclusion faite des personnes séropositives)
dans les pays où le Fonds mondial investit

Dépistage et traitement

La première étape pour mettre fin à la tuberculose consiste à dépister et à traiter toutes les personnes porteuses de la maladie. Une personne atteinte de tuberculose active non traitée peut contaminer jusqu’à 15 autres personnes en un an. Le Fonds mondial collabore avec le Partenariat Halte à la tuberculose et l’OMS pour trouver les personnes porteuses de la tuberculose « manquant à l’appel », autrement dit les personnes qui ne sont pas diagnostiquées, pas prises en charge, pas déclarées ; notamment celles porteuses d’une tuberculose pharmacorésistante.

La tuberculose pharmacorésistante est un aspect du défi grandissant posé par les superbactéries résistantes aux antimicrobiens, qui ne réagissent pas aux médicaments existants. Le Fonds mondial collabore avec ses partenaires pour soutenir la mise en service de nouveaux médicaments qui permettent de traiter plus efficacement et plus rapidement la tuberculose pharmacorésistante, de même que l’adoption de nouveaux traitements préventifs plus courts. Entre 2020 et 2021, le nombre de personnes traitées contre la tuberculose dans les pays où le Fonds mondial investit a augmenté de près de 12 %. Le nombre de personnes traitées contre la tuberculose pharmacorésistante a augmenté de 9 %. Nous investissons également dans le diagnostic moléculaire rapide de la tuberculose pharmacosensible et de la tuberculose pharmacorésistante pour appuyer les dernières orientations de l’OMS.

Prise en charge et prévention

Il est fondamental de prévenir la propagation de l’infection et sa progression vers une forme active de la maladie pour gagner la lutte contre la tuberculose. Le Fonds mondial continue d’investir pour élargir l’accès à un meilleur traitement préventif dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Dans les pays où le Fonds mondial investit, 395 000 personnes exposées à la tuberculose ont reçu un traitement préventif en 2021.

Le VIH et la tuberculose forment une combinaison mortelle, chacun stimulant la progression de l’autre chez les patients infectés. Toute personne vivant avec le VIH devrait faire l’objet d’un test de dépistage et d’un suivi de la tuberculose, et toute personne chez qui la tuberculose a été diagnostiquée doit à son tour passer un test de dépistage du VIH. En 2021, 283 000 patients tuberculeux vivant avec le VIH ont été placés sous traitement antirétroviral pendant leur traitement antituberculeux. La couverture des médicaments antirétroviraux chez les patients tuberculeux vivant avec le VIH a doublé, passant de 45 % en 2010 à 90 % en 2020.

Nos investissements visant à atténuer l’impact du COVID-19 sur la lutte contre la tuberculose ont inspiré de multiples innovations dans la prestation des services. Les pays ont accéléré la transition vers des régimes de traitement entièrement oral de la tuberculose pharmacorésistante, ils ont utilisé des applications numériques pour soutenir l’observance du traitement et ils sont passés à la prestation de services communautaires et à domicile. Le partenariat du Fonds mondial a également soutenu le déploiement du dépistage intégré de la tuberculose et du COVID-19, une mesure simple permettant d’arrêter la transmission des deux maladies – et de s’assurer que les personnes porteuses de la tuberculose sont diagnostiquées et traitées à un stade précoce.

La recherche et le traitement des personnes « manquant à l’appel » ainsi que la prise en charge des déterminants sociaux et autres de la maladie demeurent essentiels dans la lutte mondiale contre la tuberculose. L’initiative stratégique relative à la tuberculose, financée par le Fonds mondial et mise en œuvre par le Partenariat Halte à la tuberculose et l’OMS, travaille depuis 2018 avec des programmes nationaux et d’autres partenaires de lutte contre la tuberculose pour arrêter la propagation de la maladie et atteindre l’objectif de développement durable adopté par les dirigeants mondiaux afin de mettre fin à la tuberculose d’ici 2030. La première phase de l’initiative stratégique s’est déroulée de 2017 à 2019, et à la fin de 2019, 1 014 000 personnes supplémentaires porteuses de la tuberculose avaient été notifiées. S’appuyant sur les succès et les enseignements tirés de la première phase, la deuxième phase (2021-2023) met des fonds à la disposition de 20 pays prioritaires, dont cinq en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

En savoir plus

Le Fonds mondial travaille avec les gouvernements et les prestataires de santé pour mener des examens réguliers des programmes de lutte contre la tuberculose et en améliorer la qualité dans les pays où il investit. Pour ce faire, il mène des enquêtes nationales, élabore des boîtes à outils adaptées à des besoins spécifiques et propose des formations aux professionnels de santé et aux agents de santé communautaires.

Lire la dernière étude de cas (en anglais)télécharger en English ]

Notre nouvelle stratégie réitère notre engagement à accélérer le progrès vers les cibles en matière de tuberculose à l’horizon 2030 et à regagner le terrain perdu en raison du COVID-19. Elle décrit la manière dont nous devons nous attaquer aux vulnérabilités, aux obstacles et aux lacunes qui limitent l’accès équitable à des programmes de prévention et de traitement de la tuberculose de qualité et intensifier les efforts pour trouver et traiter toutes les personnes porteuses de la tuberculose, en adaptant les services aux besoins des communautés les plus vulnérables. Elle montre également comment nous allons aider les pays à adapter leurs programmes de lutte contre la tuberculose pour répondre à des situations changeantes et étendre le déploiement d’innovations, qu’il s’agisse d’outils médicaux ou de nouvelles approches en matière de prestation de services.

En savoir plus sur la stratégie du Fonds mondial

Consulter le dernier rapport sur les résultats

En savoir plus

Publié : 12 septembre 2022