Header photo The Global Fund/Kevin Keen
Publié : 28 septembre 2023

Sources de financement de nos subventions

Notre cycle de financement

Le Fonds mondial investit dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à travers un modèle de financement basé sur le partenariat. Nous levons des fonds par cycles de trois ans. Les fonds ainsi recueillis sont ensuite alloués aux pays admissibles, qui les investissent dans des programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et dans le renforcement de leurs systèmes de santé.

Nous demandons aux représentants des gouvernements, de la société civile, des populations touchées par la maladie, des partenaires techniques, du secteur privé et des autres partenaires de s’entendre sur l’utilisation optimale des financements afin de répondre aux besoins des communautés les plus touchées par les trois maladies. Pour ce faire, nous avons instauré le « dialogue au niveau du pays », un processus inclusif de consultation dirigé par les instances de coordination nationale (ICN) et censé se poursuivre jusqu’au terme du cycle de financement. Les ICN préparent une demande de financement qui reflète les résultats du dialogue au niveau du pays, ainsi que le plan national de lutte contre le VIH, la tuberculose ou le paludisme et de renforcement des systèmes de santé. La demande de financement, une fois approuvée, constitue le plan d’utilisation des sommes allouées au pays.

Les demandes de financement soumises par les ICN sont examinées par le Comité technique d’examen des propositions (CTEP) du Fonds mondial. Le CTEP détermine si les investissements proposés dans la demande de financement répondent à ses critères d’évaluation en matière de ciblage stratégique, de bien-fondé technique, d’impact et de pérennité. Le CTEP peut, dans le cadre de cet examen, recommander des améliorations aux programmes proposés.

Une fois approuvée par le CTEP, la demande de financement est convertie en une ou plusieurs subventions à l’issue d’une négociation nommée « établissement de la subvention ». L’ICN et le Fonds mondial préparent ensemble la subvention avec un partenaire désigné pour sa mise en œuvre, le récipiendaire principal. Au terme du processus d’établissement de la subvention, les modalités et le calendrier de mise en œuvre et d’évaluation des activités sont clairement définis.

Le Comité d’approbation des subventions, composé de hauts dirigeants du Fonds mondial et de représentants des partenaires techniques, bilatéraux et multilatéraux, examine la version finale de la subvention. Il recommande ensuite celle-ci à l’approbation du Conseil d’administration du Fonds mondial. Une fois celle-ci obtenue, le premier décaissement de la subvention est effectué.

La mise en œuvre et le suivi efficaces des subventions sont au cœur de nos efforts pour mettre fin au VIH, à la tuberculose et au paludisme en tant que menaces pour la santé publique. Ce sont les plus longues étapes du cycle de financement. Le récipiendaire principal met en œuvre la subvention, sous la supervision continue de l’ICN et du Fonds mondial. Le Fonds mondial reçoit des rapports de suivi périodiques qui lui permettent d’anticiper les problèmes, d’éliminer les goulets d’étranglement et de rectifier le tir pour optimiser l’impact.

À l’approche de l’échéance de la subvention, un processus de clôture planifié et budgétisé est enclenché. Une fois le dernier décaissement des fonds réalisé, la subvention est clôturée.

Autres formes de soutien

Investissements catalytiques

L’appui du Fonds mondial aux pays ne se limite pas aux allocations. Le Fonds mondial répond aussi aux besoins propres à chaque pays au moyen d’investissements catalytiques. Ces investissements appuient des programmes, des activités et des initiatives stratégiques complémentaires aux allocations et essentiels à la réalisation des cibles mondiales et des objectifs de la stratégie du Fonds mondial. Voici quelques exemples d’investissements catalytiques.

  • Les fonds de contrepartie sont des financements accordés à certains pays en sus des sommes allouées, pour des activités programmatiques s’inscrivant dans les priorités de la stratégie du Fonds mondial et des stratégies des partenaires de lutte contre les maladies. Le financement d’approches innovantes pour détecter et traiter les personnes atteintes de la tuberculose en est un exemple.
  • Les approches multipays garantissent la planification et la coordination des interventions transfrontalières, par exemple l’Initiative régionale de lutte contre la résistance à l’artémisinine.
  • Les initiatives stratégiques sont des programmes dirigés par le Secrétariat du Fonds mondial qui couvrent plusieurs domaines ou dont la durée dépasse celle d’une période d’allocation, par exemple des efforts de mobilisation communautaire comme l’Initiative stratégique sur les questions liées aux communautés, aux droits et au genre.

Coopération technique

Certaines organisations au sein du partenariat du Fonds mondial offrent aux pays une coopération technique à l’appui de la conception, de la mise en œuvre et de l’évaluation des programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, ainsi que de la mise en place de systèmes résistants et pérennes pour la santé.