Header photo The Global Fund/Sarah Hoibak
Publié : 22 avril 2022

Paludisme

Le défi

La lutte contre le paludisme est l’une des réussites majeures de l’humanité en matière de santé publique. Au cours des deux dernières décennies, d’importants progrès ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme. Ils se sont traduits par une réduction du nombre total de cas et de décès. Mais ces progrès sont au point mort depuis 2018, et la pandémie de COVID-19 nous a fait dévier encore davantage de notre trajectoire.

Les financements ont plafonné, la résistance aux médicaments et aux insecticides progresse, et le changement climatique menace de conduire à l’apparition du paludisme dans des régions auparavant épargnées. Les perturbations des services de lutte contre le paludisme engendrées par le COVID-19 ont entraîné une augmentation des cas de paludisme et des décès imputables à la maladie. En 2021, selon les estimations, 247 millions de personnes souffraient du paludisme et 619.000 en sont décédées à l’échelle mondiale ; ce qui représente près de 15 millions de cas supplémentaires et 51.000 décès de plus par rapport à 2019.

Plus que jamais, le Fonds mondial doit soutenir les pays dans leurs efforts pour revitaliser et soutenir la lutte contre le paludisme. Pour ce faire, il faut un meilleur accès, plus équitable, à tous les services de santé, une augmentation considérable du financement des programmes de lutte contre le paludisme, un investissement dans les nouvelles approches et l’innovation et une meilleure utilisation des outils existants. Soyons clairs : ne pas intensifier les investissements dans la lutte contre le paludisme équivaut à abandonner l’objectif d’éliminer la menace que représente la maladie pour la santé publique d’ici 2030.

Le paludisme en chiffres

Le financement

  • Le Fonds mondial assure 65 % du financement international des programmes de lutte contre le paludisme.
  • En date de juin 2023, nous avons investi plus de 17,9 milliards de dollars US dans des programmes de riposte à la maladie.
  • Depuis janvier 2021, nous avons augmenté les subventions liées au paludisme de 23 % en moyenne.

La prévention

  • 220 millions de moustiquaires ont été distribuées en 2022 pour protéger les familles du paludisme.
  • 8,5 millions de structures ont été traitées par la pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide à effet rémanent en 2022.
  • 37,1 millions d’enfants ont bénéficié de la chimioprévention du paludisme saisonnier en 2022.
  • 14,6 millions de femmes enceintes ont reçu un traitement préventif du paludisme en 2022.

Le dépistage et le traitement

  • 321 millions de cas présumés de paludisme ont été testés en 2022.
  • 166 millions de cas de paludisme ont été traités en 2022.

En savoir plus sur le paludisme en consultant notre Rapport sur les résultats

Consulter l'Explorateur de données pour obtenir davantage de données sur le paludisme (en anglais)

Notre riposte

En date de juin 2023, le Fonds mondial assurait 65 % du financement international des programmes de lutte contre le paludisme et avait investi plus de 17,9 milliards de dollars US dans des programmes de lutte contre la maladie. Ces investissements ont un impact. Dans les pays où le Fonds mondial investit, les décès imputables au paludisme ont diminué de 28 % entre 2002 et 2022. Sans ces interventions, le nombre de décès imputables au paludisme aurait augmenté de 90 % au cours de la même période.

Sélectionner :

Avec lutte contre le paludisme (chiffres réels)
Sans lutte contre le paludisme

Tendances des décès imputables au paludisme

Tendances des cas de paludisme

Estimations de la charge de morbidité du paludisme et estimation « sans lutte contre le paludisme » : programme mondial de lutte antipaludique de l’OMS (2023). « Portefeuille du Fonds mondial » fait référence aux pays où le Fonds mondial investit. Regroupements régionaux du Fonds mondial.

Le dépistage et le traitement

Il est essentiel de dépister et de traiter le paludisme en temps opportun pour prévenir les décès. Le Fonds mondial travaille avec des partenaires pour soutenir la prestation de services de santé de qualité, centrés sur la personne dans les établissements publics et privés et au niveau communautaire. Nos partenaires travaillent également avec les communautés qui vivent dans les zones d’endémie palustre pour les informer à propos du paludisme, de ses modes de transmission, de la manière de le prévenir et surtout, des mesures à prendre lorsque l’on soupçonne un cas de paludisme.

Dans les pays où le Fonds mondial investit, les plus de deux millions d’agents de santé communautaires jouent un rôle crucial dans la lutte pour mettre fin au paludisme, en particulier dans les villages ruraux difficiles d’accès. Les agents de santé communautaires mènent des campagnes de sensibilisation des communautés sur les méthodes de prévention vitales afin que les personnes à risque de contracter le paludisme puissent en profiter pleinement.

La prévention

La prévention demeure le fondement de la lutte contre le paludisme et le moyen le plus efficace d’abaisser rapidement le nombre de cas et de décès. Le Fonds mondial investit dans un large éventail d’outils, nouveaux et existants, de prévention du paludisme. Ces outils comprennent notamment les moustiquaires imprégnées d'insecticide, la pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide et la chimioprévention du paludisme saisonnier pour les enfants de moins de cinq ans. Ils sont habituellement déployés dans le cadre de campagnes à grande échelle.

Sur une période allant de 2018 à 2022, le Fonds mondial et Unitaid investissent chacun 33 millions de dollars US, et le Fonds mondial investira 50 millions de dollars US supplémentaires d'ici la fin de 2024, pour soutenir la collecte d’éléments probants et l'entrée sur le marché de nouveaux types de moustiquaires imprégnées d'insecticide afin de lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme. Étant imprégnées de deux insecticides, elles tuent les moustiques ayant développé une résistance à l’un des deux. Les enfants de moins de cinq ans, qui courent les plus grands risques de contracter la maladie et d’en mourir, en bénéficieront le plus.

En octobre 2021, l’OMS a recommandé l’utilisation du vaccin antipaludique RTS,S. En s'appuyant sur les données cliniques existantes, le Fonds mondial, Gavi, l'Alliance du Vaccin et Unitaid ont financé des projets pilotes d'introduction du vaccin dans le cadre de programmes de vaccination de routine au Ghana, au Kenya et au Malawi. Les projets pilotes ont montré une réduction de 30 % des formes graves du paludisme dans des régions où les moustiquaires imprégnées d’insecticide sont largement utilisées et où il existe un bon accès au diagnostic et au traitement du paludisme.

Dans les pays les plus durement touchés du Sahel, le Fonds mondial soutient le déploiement de campagnes de chimioprévention du paludisme saisonnier, une intervention rentable et ciblée pour les jeunes enfants qui peut réduire les cas de paludisme de plus de 50 %. Malgré les difficultés de mise en œuvre liées au COVID-19, les pays que nous soutenons ont augmenté le nombre d’enfants couverts par la chimioprévention du paludisme saisonnier en 2021, atteignant un total de plus de 34 millions, principalement en Afrique de l’Ouest, une augmentation de 7,8 millions par rapport à 2020.

Les succès de la lutte contre le paludisme résistant aux médicaments dans la région du Grand Mékong montrent que des efforts communs alliés à des financements appropriés fonctionnent. L’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine – la plus importante subvention régionale du Fonds mondial – a été lancée en 2013 en réponse à l’émergence du paludisme résistant aux médicaments dans la région du Grand Mékong. Le Fonds mondial investit plus de 680 millions de dollars US dans cette initiative visant à accélérer l'élimination du paludisme en tant que rempart contre la résistance aux médicaments. Ça fonctionne : les cas de paludisme sont passés de 650 000 en 2012 à 82 000 en 2020.

Consulter le dernier rapport sur les résultats