Les droits humains

The Global Fund / Vincent Becker

Le Fonds mondial perpétue l’héritage de la riposte au sida, selon lequel il ne peut y avoir de « santé pour tous » sans respect des droits humains. Grâce à un travail novateur avec les partenaires, nous avons étendu cette approche à la tuberculose et au paludisme. Plus récemment, le Fonds mondial s’est engagé à adopter une approche tenant compte du genre et des droits humains dans la lutte contre le COVID-19.

Pour mettre fin aux épidémies, nous devons bâtir des sociétés plus justes et plus égalitaires. Trop souvent, les personnes les plus vulnérables aux maladies sont aussi celles qui n’ont pas accès aux soins de santé du fait de la stigmatisation, de l’inégalité de genre ou de la discrimination. La stratégie du Fonds mondial pour la période 2017-2022 reconnaît la nécessité d'investir davantage dans l’intégration et l’élargissement de programmes visant à lever ces obstacles dans le cadre des ripostes nationales au VIH, à la tuberculose et au paludisme, afin que tout le monde puisse accéder aux services de santé selon ses besoins.

Le Fonds mondial suit une approche pragmatique et programmatique pour réduire les obstacles aux services de santé liés aux droits humains. Ces activités relatives aux droits humains contribuent à accroître l’efficacité des subventions du Fonds mondial en ce qu’elles permettent d’atteindre le plus grand nombre de personnes, en particulier les plus vulnérables, et de les encourager à avoir recours aux services de santé et à rester dans le système de soins.

The Global Fund / Vincent Becker

Le Fonds mondial aide les pays à éliminer les obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux soins de santé. En 2019, le Gouvernement sud-africain a adopté un nouveau plan national en faveur des droits humains pour s’attaquer en profondeur aux différents obstacles juridiques et sociaux entravant l’accès aux services de lutte contre le VIH et la tuberculose, ainsi qu’aux inégalités fondées sur le genre dans le pays.

En savoir plus

Le Fonds mondial soutient des programmes qui visent à donner aux populations touchées les moyens de connaître leurs droits en matière de santé, de se mobiliser pour défendre ces droits et d’exiger des changements en vue d’améliorer la prestation de services dans les établissements de santé et dans les communautés. Ces programmes permettent donc également d’améliorer les systèmes de santé ainsi que de mobiliser et d’aider les communautés en vue de leur participation aux systèmes de santé et à la prise de décisions.

The Global Fund / Jonas Gratzer

Éliminer les obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux soins de santé

La riposte des pays au VIH, à la tuberculose et au paludisme a longtemps été freinée par les obstacles liés aux droits humains et au genre qui entravent l’accès aux soins de santé, parmi lesquels : la stigmatisation et la discrimination ; les inégalités entre les genres et la violence fondée sur le genre ; les pratiques, politiques et lois punitives ; et les inégalités sociales et économiques. La politique du Fonds mondial en matière de pérennité, de transition et de cofinancement exige désormais que tous les pays, quel que soit leur niveau de revenu, prévoient, dans les propositions qu’ils soumettent, des programmes visant à éliminer ces obstacles.

On trouvera ci-après sept exemples d’axes programmatiques qui permettent de réduire efficacement les obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux services de lutte contre le VIH et la tuberculose :

  • Réduction de la stigmatisation et de la discrimination ;
  • Formation des prestataires de soins de santé aux droits humains et à l’éthique médicale ;
  • Sensibilisation des législateurs et des agents des forces de l’ordre ;
  • Réduction de la discrimination à l’égard des femmes dans le contexte du VIH et de la tuberculose ;
  • Éducation juridique ;
  • Services juridiques ;
  • Suivi et réforme des lois, règlements et politiques nécessaires.

En outre, en ce qui concerne la tuberculose, il est nécessaire de garantir la confidentialité et le respect de la vie privée, de mobiliser et d’autonomiser les groupes de patients et les groupes communautaires, de s’attaquer aux politiques prévoyant l’isolement sous contrainte ou la détention en cas de non-observance du traitement antituberculeux, et d'œuvrer à supprimer les obstacles à l’accès aux services de lutte contre la tuberculose dans les prisons. En ce qui concerne le paludisme, il convient notamment d’utiliser l’outil « Malaria Matchbox » pour recenser les inégalités en matière d’accès aux services antipaludiques ainsi que les risques et les vulnérabilités liés aux droits humains et au genre, de garantir une participation significative des populations touchées et d’améliorer l’accès aux services antipaludiques pour les réfugiés et autres personnes affectées par des situations d’urgence.

Pour aider les maîtres d’œuvre à déployer ces programmes, le Fonds mondial a élaboré et publié des notes d’information technique sur le VIH, les droits humains et l’égalité des genres ; la tuberculose, le genre et les droits humains ; le paludisme, le genre et les droits humains ; la programmation des interventions axées sur les droits de l’Homme et les questions de genre dans les contextes d’intervention difficiles, c’est-à-dire dans des pays ou des régions touchés par des catastrophes naturelles, des conflits ou une mauvaise gouvernance ; et les droits humains en période de COVID-19.

En savoir plus

De nombreuses leçons ont été tirées ces dernières années de la mise en œuvre et de l’intensification des programmes visant à éliminer les obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux services. Celles-ci ont été compilées dans deux guides.

En savoir plus

Initiative « Lever les obstacles »

Dans le cadre de l’initiative « Lever les obstacles », nous soutenons activement 20 pays – notamment par l’octroi de fonds supplémentaires à hauteur de 45 millions de dollars US pour la période 2017-2019 et de 41 millions de dollars US pour la période 2020-2022 – afin de mettre à l’échelle des programmes fondés sur des données probantes visant à éliminer les obstacles liés aux droits humains qui empêchent d’accéder aux services de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Ces pays sont les suivants : Afrique du Sud, Bénin, Botswana, Cameroun, République démocratique du Congo (au niveau des provinces), Côte d’Ivoire, Ghana, Honduras, Indonésie (dans certaines villes), Jamaïque, Kenya, Kirghizistan , Népal, Mozambique, Ouganda, Philippines, Sénégal, Sierra Leone, Tunisie et Ukraine. Une évaluation de référence des obstacles liés aux droits humains qui entravent l’accès aux services a été menée dans chacun de ces pays, et nombre d’entre eux ont déjà adopté des plans stratégiques nationaux assortis de budgets en vue de réduire les obstacles ainsi recensés.

En savior plus [ télécharger en English ]

Intégration de la question des droits humains dans nos travaux

L’approche du Fonds mondial en matière de droits humains est établie par le Conseil d’administration du Fonds et fondée sur les consultations avec les gouvernements, les populations touchées, les spécialistes des droits humains, les organisations de la société civile et les partenaires techniques. Le Fonds mondial s’est engagé à intégrer les principes relatifs aux droits humains – participation, équité, responsabilité et transparence – tout au long du cycle des subventions et de plus en plus fréquemment dans les processus d’élaboration des politiques. Les membres du personnel du Fonds mondial suivent une formation sur les droits humains, le genre, les populations clés et les populations vulnérables. À commencer par le dialogue au niveau du pays, le Fonds mondial collabore avec les pays afin de s’assurer que les populations clés et les populations vulnérables les plus touchées par les maladies soient représentées et aient voix au chapitre.

Le partenariat du Fonds mondial a la ferme résolution de défendre les droits humains.

Pourquoi est-il si important de promouvoir et de protéger les droits humains dans le contexte des trois maladies, ainsi que dans le cadre du COVID-19 ? Il s’agit non seulement de la meilleure chose à faire, mais aussi d’un moyen d’accroître l’efficacité des investissements du Fonds mondial.

Téléchargez notre rapport pour en savoir davantage sur l’approche du Fonds mondial en matière de droits humains :

Gros plan sur les droits humains
télécharger en Français | English

En savoir plus sur les initiatives de soutien aux femmes et aux jeunes filles.

Femmes et jeunes filles

Publié 15 juin 2020