Gouvernements donateurs

Vue d’ensemble

Le Fonds mondial s’appuie sur des contributions financières volontaires de tous les secteurs : le secteur privé, des fondations, des individus et les gouvernements donateurs, ces derniers lui apportant quatre-vingt-quinze pour cent de ses contributions.

Les promesses de dons pour la période 2017/2019 ont été garanties lors de la cinquième conférence de reconstitution des ressources organisée à Montréal, au Canada, en septembre 2016. Sur les 12,9 milliards de dollars US réunis lors de la conférence, 12 l’ont été par des gouvernements donateurs.

Il est important de relever que le Fonds mondial poursuit ses efforts afin de mobiliser des ressources et d’obtenir des promesses de dons supplémentaires pour l’actuelle période de reconstitution des ressources. C’est ainsi que des gouvernements donateurs et d’autres contributeurs continuent de faire des promesses de dons.

Une liste actualisée des promesses de dons et des contributions est disponible sur notre feuille de calcul des promesses de dons et des contributions régulièrement mise à jour.

  • Promesses de dons et contributions
    télécharger en English

Des renseignements relatifs aux précédentes reconstitutions des ressources sont disponibles dans nos archives.

De nombreux pays contribuent aussi au Fonds mondial sous forme d’échanges de dettes convenus avec les gouvernements donateurs dans le cadre de l’initiative « Debt2Health ».

Les gouvernements donateurs sont représentés au Conseil d'administration du Fonds mondial, qui se réunit au moins deux fois par an. Ils sont représentés par huit des vingt membres du Conseil d'administration ayant le droit de vote. Souvent, les gouvernements donateurs participent aussi au processus de prise de décision au niveau du pays, à travers l’instance de coordination nationale des pays dans lesquels ils sont susceptibles de travailler.

Le Fonds mondial a pour politique de ne pas attribuer les fonds du secteur public à des pays ou des programmes en particulier, l’affectation des ressources étant de la responsabilité du Conseil d’administration.