Communiqués de presse - 2022

Des investissements catalytiques procureront de meilleurs soins de santé communautaires à des millions de personnes en Afrique

08 août 2022

Le Fonds mondial, en collaboration avec la Fondation Johnson & Johnson et la Fondation Skoll, lance le Fonds catalytique Africa Frontline First

  • Par le truchement de la Fondation Johnson & Johnson et de la Fondation Skoll, le secteur privé vient d’investir 25 millions de dollars US dans le Fonds catalytique Africa Frontline First du Fonds mondial.
  • Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme compte verser une contrepartie au moins équivalente à ce montant.
  • Conçu en partenariat avec l’initiative Africa Frontline First, le Fonds catalytique Africa Frontline First accélérera l’intensification des services de santé communautaires dans jusqu’à dix pays africains.
  • Le Fonds catalytique a pour objectif de recueillir au moins 100 millions de dollars US pour l’amélioration des systèmes de santé communautaires qui procurent des soins essentiels à quelque 130 millions de personnes.
  • L’investissement envers les agents de santé communautaires de première ligne peut produire un rendement allant jusqu’à 10 pour 1, lorsqu’on tient compte des retombées économiques, sanitaires et sociales de leur travail.

GENÈVE - Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a annoncé aujourd’hui le lancement d’un nouveau fonds catalytique essentiel pour le soutien d’agents de santé communautaires dans jusqu’à dix pays africains. Le Fonds catalytique Africa Frontline First procurera des financements qui serviront à accélérer de façon durable le déploiement des agents de santé communautaires de première ligne, qui constituent l’épine dorsale des services de santé communautaires.

Le Fonds mondial a reçu avec gratitude les premiers investissements dans le Fonds catalytique Africa Frontline First, soit un total de 25 millions de dollars US provenant de la Fondation Johnson & Johnson et de la Fondation Skoll. Le Fonds mondial compte verser une contrepartie d’un montant égal à ces investissements, et pourrait faire de même pour d’autres investissements afin d’étayer le soutien et les financements nationaux en faveur des agents de santé communautaires.

Ces promesses de dons arrivent à l’approche de la septième reconstitution des ressources du Fonds mondial, dont l’objectif est de recueillir au moins 18 milliards de dollars US pour financer le prochain cycle triennal de subventions. Le Fonds mondial estime qu’un financement à hauteur de 18 milliards de dollars US permettrait de sauver 20 millions de vies et de renforcer les systèmes de santé et communautaires en vue de la préparation aux pandémies.

« Pour la première fois en 20 ans, de nombreux pays ont enregistré une recrudescence du VIH, de la tuberculose et du paludisme. Les agents de santé communautaires sont en première ligne de la lutte contre ces maladies. Le moment est venu pour les leaders du monde entier d’unir leurs forces et d’investir dans les ressources humaines et les structures qui nous permettront de lutter contre les pandémies, les maladies infectieuses et les autres menaces sanitaires d’aujourd’hui et de demain », a affirmé Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial.

Un effectif d’agents de santé communautaires professionnalisés, qui font un travail de proximité dans les communautés, est un ingrédient essentiel de la riposte aux futures flambées épidémiques et du progrès dans l’atteinte d’objectifs prioritaires de longue date. Le Fonds mondial applaudit les promesses de dons de la Fondation Johnson & Johnson et de la Fondation Skoll, tout en soulignant qu’il s’agit d’un premier pas et que beaucoup d’autres investissements de la sorte seront nécessaires pour réaliser le plein potentiel des agents de santé communautaires et assurer aux populations un accès à des agents de santé professionnalisés, formés, rémunérés et intégrés dans la communauté.

Le Fonds catalytique Africa Frontline First permettra à jusqu’à dix pays africains d’accélérer le progrès et d’améliorer les soins de santé offerts à l’échelle communautaire, et surtout de rémunérer adéquatement les femmes, qui comptent pour la grande majorité des agents de santé communautaires. Le Fonds catalytique sera une combinaison d’assistance technique coordonnée et de financement pour la mise en œuvre, ainsi que d’investissements ciblant l’intensification du financement, l’emploi d’outils numériques, l’accroissement de la disponibilité des produits médicaux vitaux et l’intégration des agents de santé communautaires dans le système de santé général.

« Les agents de santé sont la pierre angulaire des soins. En les formant, en leur accordant de l’autonomie et en les intégrant aux systèmes de santé existants, il devient possible d’étendre les soins et de réduire la charge de morbidité pour des millions de personnes, a affirmé Joaquin Duato, directeur général de Johnson & Johnson. La Fondation Johnson & Johnson a promis un don de 15 millions de dollars pour le Fonds catalytique Africa Frontline First, car nous croyons en la prestation de soins efficaces, efficients et équitables en première ligne. »

Le Fonds mondial, avec son approche de fonds catalytiques, a déjà démontré tout le potentiel du financement philanthropique. Par exemple, le soutien de la Children’s Investment Fund Foundation pour l’autodiagnostic à domicile du VIH a quintuplé en deux ans. Depuis, ce ne sont plus des milliers, mais bien des millions de personnes qui ont accès à des autodiagnostics à domicile du VIH dans les cinq pays où le programme a été déployé.

« Aux premières lignes de la riposte aux pandémies et de la prévention, les agents de santé communautaires jouent un rôle clé dans l’acheminement des soins de santé au dernier kilomètre, a expliqué Don Gips, directeur général de la Fondation Skoll. Le Fonds catalytique Africa Frontline First regroupe les forces d’innovateurs sociaux, comme la Financing Alliance for Health et Last Mile Health, avec celles du Fonds mondial, au service d’une même mission : veiller à ce que les agents de santé communautaires soient rémunérés, formés et équipés adéquatement pour offrir des services essentiels et se rendre au front contre le COVID-19, le virus Ebola et d’autres flambées épidémiques. »

Cet investissement catalytique est un premier pas vers l’atteinte d’un objectif commun plus ambitieux, celui d’intensifier les services de santé communautaires en vue d’atteindre la couverture sanitaire universelle. À ce titre, Africa Frontline First collabore avec la Commission sur le COVID-19, qui appuie S.E. le Président Ramaphosa dans son rôle de défenseur de la lutte contre le COVID-19 au sein de l’Union africaine. Cette collaboration, qui suit les lignes directrices du nouvel ordre de santé publique de l’Union africaine, vise le déploiement de deux millions d’agents de santé communautaires d’ici 2030, l’un des objectifs généraux de l’organisation.

En Afrique, plus de 85 % des agents de santé communautaires, dont la majorité sont des femmes, ne sont pas rémunérés pour leur travail.  L’expérience a démontré que les agents de santé communautaires professionnels – rémunérés, formés et supervisés – sont les mieux outillés pour offrir des services de santé essentiels dans leur communauté, même dans des contextes très difficiles.

« Au Libéria et ailleurs dans le monde, nous avons constaté la grande capacité des agents de santé communautaires à offrir des soins essentiels dans les communautés rurales et éloignées, et à continuer de le faire durant des crises comme l’épidémie de maladie à virus Ebola et la pandémie de COVID-19, a déclaré Son Excellence Ellen Johnson Sirleaf, lauréate du prix Nobel de la paix et ancienne présidente du Libéria. Le Fonds catalytique Africa Frontline First est une occasion unique d’investir dans ces agents de santé et de mettre en branle un véritable mouvement vers un monde plus sain et plus sûr pour toutes et tous. »

Africa Frontline First est une initiative de collaboration réunissant la Financing Alliance for Health, Last Mile Health, le Community Health Acceleration Partnership et la Community Health Impact Coalition, sous l’égide de Son Excellence Ellen Johnson Sirleaf.