Nouvelles et articles

La République du Congo et le Fonds mondial signent deux nouveaux accords de subvention pour améliorer l’accès à la prévention et au traitement du VIH, de la tuberculose et du paludisme

25 février 2021

Brazzaville – Le Fonds mondial, le gouvernement de République du Congo et les partenaires de santé ont officialisé le lancement de deux nouvelles subventions visant à renforcer l’accès aux services de prévention et de traitement contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et créer des systèmes résilients et pérennes pour la santé.

Les nouvelles subventions, qui s’élèvent à plus de 64 millions de dollars US, représentent une augmentation de 97 % par rapport au précédent cycle d’allocation de trois ans et couvriront la période de mise en œuvre 2021-2023. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) mettra en œuvre la subvention pour la lutte contre le VIH et la tuberculose, et Catholic Relief Services se chargera de mettre en œuvre celle consacrée à la lutte contre le paludisme.

À ce jour, avec l’appui des bailleurs de fonds et des partenaires, plus de 122 millions de dollars US ont été investis au Congo. Ces fonds ont permis d’élargir l’accès aux traitements essentiels contre le VIH et la tuberculose. Environ 26 000 personnes vivant avec le VIH bénéficient actuellement d’un traitement antirétroviral et 12 000 patients sont dépistés et traités contre la tuberculose chaque année. En 2019 seulement, plus de 2,6 millions de moustiquaires ont été distribuées pour protéger les familles contre le paludisme.

Le lancement des nouvelles subventions a été officialisé lors d’une cérémonie virtuelle à laquelle ont participé S.E. Clément Mouamba, premier ministre de République du Congo ; Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial ; Achim Steiner, administrateur du PNUD ; Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’ONUSIDA ; Sean Callahan, directeur exécutif de Catholic Relief Services ; Jacqueline Lydia Mikolo, ministre de la Santé et Calixte Ganongo, ministre des Finances et du Budget de République du Congo.

« Dans le contexte de crise financière où se trouve notre pays, situation exacerbée par la pandémie de COVID-19, les subventions allouées au Congo sont une bouffée d’oxygène, a déclaré le premier ministre Mouamba. Elles vont redonner de l’élan à l’action du gouvernement en faveur des populations touchées par le VIH, la tuberculose et le paludisme. »

« La République du Congo vit des instants critiques. La pandémie de COVID-19 menace de mettre à mal tous les progrès que nous avons réalisés ces dernières années sur les fronts de la santé et du développement, souligne Achim Steiner, l’administrateur du PNUD. Le Fonds mondial jouera un rôle déterminant en aidant le ministère de la Santé à construire un système de santé résilient et pérenne en République du Congo et en permettant à la population d’avoir accès aux services essentiels dont ils ont besoin. »

« Ces nouveaux investissements constituent une étape importante de notre partenariat avec le gouvernement congolais et nos partenaires de santé, a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. Nous reconnaissons les progrès que le pays a réalisés au cours des trois dernières années et nous devons travailler encore plus dur pour intensifier la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et renforcer les systèmes pour la santé. Ensemble, il faut relever le défi. »

« L’ONUSIDA se réjouit à l’idée de poursuivre sa coopération étroite avec tous les partenaires afin d’accélérer l’éradication de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et du VIH pédiatrique au Congo-Brazzaville, ainsi que pour améliorer l’accès aux programmes de lutte contre le VIH et la tuberculose, aux services de santé sexuelle et procréative et aux services juridiques pour les jeunes femmes, les adolescentes et tous les groupes les plus exposés au risque de contracter le VIH », a assuré Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’ONUSIDA.

« Dans le cadre de la précédente subvention du Fonds mondial contre le paludisme, le pays a pu mener à bien sa première campagne nationale de distribution de moustiquaires à grande échelle, permettant ainsi à 4,7 millions de personnes d’être protégées contre le paludisme, a expliqué Sean Callahan, directeur exécutif de Catholic Relief Services. Le nouveau programme, qui est officiellement lancé aujourd’hui, représente une chance unique pour nous tous d’accélérer la lutte contre les trois maladies et de sauver plus de vies. »

La subvention contre le VIH au Congo devrait permettre de voir augmenter de manière significative le nombre de personnes vivant avec le VIH qui connaissent leur statut sérologique et d’améliorer l’accès à des traitements antirétroviraux vitaux, en particulier pour les femmes enceintes. Celle axée sur la lutte contre la tuberculose a pour objectifs de permettre le renforcement de la riposte nationale à cette maladie, l’amélioration du recensement des nouveaux cas et l’obtention d’un taux de réussite des traitements de 90 % d’ici à 2023, conformément à la Stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose. Cette subvention servira également à appuyer les efforts du pays pour améliorer les résultats des traitements contre la tuberculose multirésistante. La subvention contre le paludisme, quant à elle, aidera le pays à atteindre son objectif de distribution de 3,5 millions de moustiquaires d’ici à 2023 et à élargir l’accès à des outils de qualité pour le dépistage et le traitement du paludisme.

S’abonner

Si vous souhaitez recevoir nos communiqués de presse, veuillez envoyer un message à press@theglobalfund.org.

Autres nouvelles et articles