Header photo

Retour sur l’année 2023

Cette année, le Fonds mondial a assuré la continuité des services vitaux fournis aux personnes touchées par le VIH, la tuberculose et le paludisme grâce à l’engagement indéfectible des communautés, des gouvernements et des partenaires.

Faisant front commun, notre partenariat s’est attaqué à des crises qui s’entrechoquent, dont le changement climatique, les conflits, les iniquités qui s’accentuent au sein des pays et entre les pays et l’érosion alarmante des droits humains.

Nous revenons sur l’année 2023 avec les personnes formidables et les histoires percutantes qui façonnent notre lutte pour mettre fin aux maladies infectieuses les plus meurtrières et bâtir un monde plus sain et plus équitable pour toutes et tous.

Janvier – Les agentes et agents de santé communautaires se préparent aux futures menaces pour la santé

Dans les pays où le Fonds mondial investit, on compte quelque deux millions d’agentes et agents de santé communautaires en première ligne de la lutte contre des maladies mortelles. Ils aident les communautés à se préparer pour faire face aux futures menaces pour la santé. Au début de l’année, nous avons fait la connaissance de Neema, une agente de santé communautaire en Tanzanie, qui joue un rôle fondamental pour le système de santé de son pays. Neema aide 178 foyers à lutter contre le paludisme, tout en aidant les femmes enceintes à accoucher en toute sécurité, en dispensant des conseils nutritionnels aux familles et en informant sa communauté sur la prévention des infections sexuellement transmissibles. Le Fonds mondial continue de militer pour que les agentes et agents de santé communautaires comme Neema soient convenablement rémunérés, formés et intégrés aux systèmes de santé officiels.

Février – Les héroïnes et héros de la plus vaste campagne de distribution de moustiquaires au monde

Le Nigéria porte la plus lourde charge de morbidité du paludisme dans le monde. Le Fonds mondial lutte contre le paludisme au Nigéria en appuyant l’une des plus vastes et complexes campagnes de distribution au monde, afin que chacune et chacun puisse dormir sous la protection d’une moustiquaire imprégnée d’insecticide. Dans l’État de Kano, l’un des plus peuplés du Nigéria, 8,8 millions de moustiquaires ont été distribuées à plus de 18 millions de personnes lors d’une campagne de deux semaines, grâce aux efforts de milliers de personnes dévouées à la cause.

Mars – Nous avons les outils pour accélérer la lutte contre la tuberculose

Nous disposons d’un impressionnant arsenal de ressources pour lutter contre la tuberculose, allant de la technologie de diagnostic la plus récente aux traitements innovants pour les adultes comme pour les enfants. Pourtant, bien souvent, les personnes les plus exposées n’ont pas accès à ces outils pour se protéger ou ne peuvent pas obtenir un traitement au moment où elles en ont besoin. À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose et en prévision de la Réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, nous avons appelé les leaders mondiaux à accélérer le déploiement des innovations pour atteindre les personnes qui en ont le plus besoin et à redoubler d’efforts pour mettre fin aux inégalités profondément ancrées qui alimentent la maladie.

Avril – Au Pakistan, le Fonds mondial fait face à une flambée de paludisme sans précédent après des inondations meurtrières

Les inondations sans précédent subies par le Pakistan ont été causées par une vague de chaleur extrême suivie de pluies de mousson abondantes et par la fonte des glaciers himalayens en raison du réchauffement climatique. Une explosion des cas de paludisme s’est ensuivie. Le Fonds mondial est intervenu rapidement, notamment en soutenant le dépistage et le traitement communautaires du paludisme pour les personnes les plus touchées par la situation d’urgence. En avril, nous avons fait la connaissance de Fazila, une sage-femme communautaire qui, alors qu’elle avait perdu sa maison et presque tous ses biens dans les inondations, continuait de travailler afin de protéger sa communauté du paludisme dans une clinique mobile financée par le Fonds mondial.

Mai – Un sérieux avertissement : le changement climatique pourrait faire du paludisme la prochaine pandémie mondiale

Notre directeur exécutif, Peter Sands, a lancé un sérieux avertissement en mai dernier : pour des maladies comme le paludisme, le réchauffement climatique ne fait qu’attiser les braises. Dans un article d’opinion publié pour la première fois dans Forbes, il a également déclaré qu’avec plus de moyens et en accélérant l’introduction des dernières innovations en matière de lutte antivectorielle, de diagnostic et de traitement, nous pouvions réduire le nombre de cas de paludisme et éviter des millions de décès.

Juin – Il est grand temps de nous défaire des inégalités entre les genres dans la lutte contre le VIH

Shani Ally, qui vit à Dar es-Salaam, en Tanzanie, est sous traitement antirétroviral contre le VIH depuis plus de 20 ans. Aujourd’hui, Shani et sa famille vivent sans peur de contracter le sida. Mais tout le monde n’a pas eu cette chance, a écrit Peter Sands, le directeur exécutif du Fonds mondial, dans un article d’opinion publié pour la première fois dans Forbes.

Juillet – L’histoire d’Innocent nous rappelle de mettre les enfants au premier plan de la lutte contre le VIH

Peu de temps après avoir perdu son père, alors qu’il n’avait que six ans, et reçu un résultat positif de dépistage du VIH, Innocent a été mis en relation avec l’un des principaux centres de traitement du VIH pédiatrique d’Afrique australe, où il a été pris en charge et a reçu les soins dont il avait besoin. Ce centre lui a permis d’aller de l’avant et de vivre sa vie. Aujourd’hui, Innocent est un jeune homme qui réussit et qui aide les autres. Mais beaucoup trop d’enfants n’ont pas eu la chance d’Innocent. Toutes les cinq minutes, un enfant meurt d’une maladie liée au sida quelque part dans le monde.

Août – Les solutions de santé numérique aident à transformer la santé communautaire au Burkina Faso

La technologie transforme le travail de l’agent de santé communautaire Marc Ilboudo et de ses collègues. On leur a fourni des outils numériques pour améliorer leurs consultations de santé et la prise en charge de leurs patients, et numérisé les données collectées afin de faciliter le partage de celles-ci pour la surveillance des maladies et la riposte à ces dernières. Le Fonds mondial soutient la feuille de route du Burkina Faso pour la numérisation de ses soins de santé communautaires, dans le but de renforcer les systèmes de santé et de lutter contre les maladies – y compris dans les communautés éloignées, difficiles à atteindre.

Septembre – 59 millions de vies sauvées depuis 2002

Le Rapport 2023 sur les résultats fait état d’une année marquée par une forte accélération dans la lutte que mène le partenariat du Fonds mondial contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les programmes visant les trois maladies ont enregistré une nette reprise après avoir été perturbés par la pandémie de COVID-19. Depuis 2002, le partenariat du Fonds mondial a sauvé 59 millions de vies, mais les efforts doivent être accentués pour que les objectifs à l’horizon 2030, qui visent à mettre un terme aux trois maladies, soient atteints.

Octobre – Au Mozambique, on analyse les eaux usées pour la détection précoce des maladies

L’analyse des eaux usées permet de déterminer si un virus ou une bactérie se propage dans une communauté. Les décisionnaires peuvent ainsi réagir rapidement et prévenir une flambée épidémique de grande ampleur. En octobre, nous avons fait la connaissance du Dr Diocreciano Matias Bero, qui dirige le programme de surveillance environnementale des eaux usées à l’Institut national de la santé du Mozambique. Le Dr Bero et son équipe nous ont montré comment les tests pratiqués sur les eaux usées pouvaient prévenir des flambées épidémiques de grande ampleur à Maputo, capitale du Mozambique. Avec le soutien du Fonds mondial, le programme de tests s’étend à 15 sites supplémentaires, pour que le pays soit mieux préparé à réagir aux futures pandémies et urgences sanitaires.

Novembre – Faites la connaissance de Rithy, une grand-mère travailleuse de proximité au cœur de la riposte cambodgienne au VIH

À l’approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida, nous avons fait la connaissance de Rithy, une femme qui s’est donné pour mission de mettre fin au VIH au Cambodge. À 55 ans et depuis plus de 20 ans, elle aide les travailleuses du sexe à accéder à la prévention, au traitement et aux soins du VIH. Avec le soutien du Fonds mondial, Rithy distribue des préservatifs, réalise des doubles tests de diagnostic rapide du VIH et de la syphilis, fournit des informations sur la prévention du VIH, y compris sur la prophylaxie préexposition (PrEP), et accompagne les femmes dans les centres pour un traitement et un suivi supplémentaires.

Décembre – La lutte contre les maladies mortelles doit aller de pair avec la riposte mondiale au changement climatique

Le changement climatique est le plus grand défi de santé mondiale du 21e siècle et représente une grave menace pour la mission du Fonds mondial, qui est de mettre un terme au VIH, à la tuberculose et au paludisme. En décembre, nous avons uni nos forces avec nos partenaires, à l’occasion de la COP28, pour plaider en faveur d’une action visant à lutter contre l’impact du changement climatique sur la santé des communautés les plus vulnérables.

En savoir plus sur le changement climatique et la santé