Femmes et jeunes filles

Partager cette page

Twitter Facebook
The Global Fund / John Rae

Les femmes et les jeunes filles continuent d’être touchées de manière disproportionnée par le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les inégalités de genre, la discrimination, la violence, un accès restreint à l’éducation et l’absence de services adaptés entravent l’accès des femmes et des filles aux soins de santé et alimentent de nouvelles infections.

Le VIH demeure la principale cause de décès chez les femmes en âge de procréer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. À l’échelle mondiale, près de 1 000 jeunes femmes et filles contractent le VIH chaque jour. Dans les pays les plus durement touchés, les filles représentent plus de 80 pour cent de l’ensemble des nouvelles infections à VIH chez les adolescents et elles courent jusqu’à huit fois plus de risques de vivre avec le VIH que les garçons.

Si la tuberculose frappe généralement plus d’hommes que de femmes, elle fait toujours partie des cinq premières causes de décès chez les femmes âgées de 15 à 44 ans dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Le paludisme, pour sa part, touche particulièrement les femmes enceintes. Potentiellement fatal pour la femme, il peut également provoquer des fausses couches, une insuffisance pondérale des nouveau-nés ou des naissances prématurées.

Bien qu’urgentes et nécessaires, les interventions biomédicales telles que l’accès au traitement et aux moustiquaires ne sont pas suffisantes pour réduire la vulnérabilité des femmes face au VIH, à la tuberculose et au paludisme. Seules des transformations d’ordre structurel – sociales, politiques et culturelles – pourront en finir avec la propagation des trois maladies.

Garder les jeunes filles à l’école pour mettre un terme au VIH

Si nous investissons dans la scolarité des jeunes femmes, cela aura des avantages en termes de santé. Une jeune femme mieux éduquée court moins de risques de contracter le VIH et elle est davantage susceptible d’avoir le contrôle sur son corps et d’être en mesure de faire ses propres choix pour déterminer si elle se mariera ou aura des enfants. De plus, cela ne change pas les choses uniquement pour elle, mais aussi pour les générations à venir. Ses enfants ont plus de chances de passer le cap de la petite enfance, d’être vaccinés et d’aller eux-mêmes à l’école.

En savoir plus

Poissons contre sexe

Sourcils froncés face à la caméra, Elizabeth Masere a raconté l’histoire de sa vie d’un ton neutre. Elle a expliqué à quel point il était difficile d’essayer d’élever six enfants en vendant du poisson sur les rives du Lac Victoria – le plus vaste d’Afrique de l’Est. Elle a parlé de ces hommes qui contrôlaient la pêche et se livraient à l’exploitation sexuelle des femmes. Aussi dur qu’il ait été d’obtenir de l’argent, en avoir ne lui garantissait pas de pouvoir se procurer le poisson qu’elle avait besoin de vendre, expliquait Elizabeth. Pour lui vendre du poisson, les pêcheurs n’exigeaient pas seulement de l’argent, mais aussi des relations sexuelles.

En savoir plus

The Global Fund / Sam Wolson

Investissements au profit des femmes et des filles

Nous n’avons cessé d’accroître nos investissements dans les programmes destinés aux femmes et aux filles. Sur les 200 millions de dollars US de financements à effet catalyseur alloués aux VIH, 105 millions l’ont été à la prévention, y compris les fonds de contrepartie afin de tirer profit d’investissements encore plus importants dans les programmes destinés aux populations-clés et aux adolescentes et jeunes femmes. Nous étendons aussi nos investissements pour soutenir la lutte contre le paludisme et consolider l’accès aux soins prénatals. En 2017, 696 000 mères ont bénéficié de médicaments pour prévenir la transmission du VIH à leurs bébés dans les pays soutenus par le Fonds mondial.

Les interventions de soutien à l’accès aux services de santé pour les femmes et les filles varient d’un pays à l’autre. En Afghanistan, par exemple, le Fonds mondial investit dans le personnel infirmier communautaire féminin, offrant son soutien pour qu’elles puissent fournir des services de prévention et de soins de la tuberculose aux femmes des communautés isolées qui, sans cela, ne peuvent pas se rendre dans les établissements de santé sans être accompagnées d’un homme de leur famille. Au Lesotho, le Fonds mondial a investi dans l’élaboration de directives nationales sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, ainsi que dans l’intégration de la santé sexuelle et reproductive aux services liés au VIH, afin que les femmes puissent accéder à ces deux types de services en un même lieu.

D’autres investissements portent sur l’éducation, qui peut être un outil puissant prévenir le VIH chez les adolescentes. Une étude menée au Botswana a révélé que le risque d’infection au VIH reculait de 8 pour cent une dizaine d’années plus tard pour chaque année de scolarité supplémentaire qu’effectuaient les élèves du secondaire.

Notre modèle de financement soutient des programmes conçus pour mettre des services de santé complets à la portée des femmes et des filles. Nous encourageons particulièrement les pays à mettre en lien les services de lutte contre le VIH avec ceux de santé reproductive, les soins néonataux et pédiatriques et les services de santé destinés aux adolescents.

Il reste encore beaucoup à faire. Le plan d’action pour la stratégie en matière d’égalité de genre du Fonds mondial établit une feuille de route pour parvenir à des investissements stratégiques à fort impact et tenant compte du genre pour éviter de nouvelles infections et sauver davantage de vies.

The Global Fund / Karin Schermbrucker
The Global Fund / John Rae

Les femmes et la prise de décisions

Le Fonds mondial soutient résolument les efforts visant à éliminer les inégalités de genre, ce qui débute par une analyse du rôle joué par le genre dans les épidémies et selon le contexte national. Cette analyse est obligatoire dans la demande de financement. Nous constatons des améliorations importantes dans la manière qu’ont les pays d’éliminer les obstacles liés au genre qui entravent l’accès aux soins de santé.

Les femmes sont plus nombreuses à participer à la conception et à la mise en œuvre des programmes. Au niveau des pays, 40 pour cent des décideurs siégeant dans des comités liés aux subventions sont des femmes. Les instances de coordination nationale ont désormais des directives pour renforcer leurs compétences en matière de genre et œuvrer à une représentation égale des hommes et des femmes dans les prises de décisions liées au Fonds mondial.

The Global Fund / Sam Wolson

Renoncer à gagner sa vie, pour sauver celle des autres

Dans les régions du Kenya qui entourent le lac Victoria, le paludisme fait courir des risques importants aux mères et aux enfants de moins de cinq ans. Pour que la population n’ait pas à subir les conséquences de la maladie, les agents de santé bénévoles comme Beatrice Miguoke apprennent aux membres de la communauté comment utiliser une moustiquaire, comment éliminer les foyers de reproduction des moustiques et comment se faire soigner au plus vite lorsque la maladie apparaît.

En savoir plus

Sauver des vies, transformer les rôles liés au genre en Éthiopie

Comme pour les 38 000 agents de vulgarisation sanitaire répartis dans tout le pays, le travail de Tibre consiste à parcourir les sentiers de son secteur, à frapper aux portes et à s’arrêter auprès des gens qui travaillent dans les champs dans un seul but : empêcher l’apparition et la propagation des maladies. Tibre et ses collègues permettent aux foyers des communautés rurales mal desservies et trop éloignées des dispensaires en dur, d’avoir accès à des soins.

En savoir plus

The Global Fund / Petterik Wiggers
The Global Fund / Sam Wolson

Au-delà de l’incision

Dans les régions du Kenya qui entourent le lac Victoria, le paludisme fait courir des risques importants aux mères et aux enfants de moins de cinq ans. Pour que la population n’ait pas à subir les conséquences de la maladie, les agents de santé bénévoles comme Beatrice Miguoke apprennent aux membres de la communauté comment utiliser une moustiquaire, comment éliminer les foyers de reproduction des moustiques et comment se faire soigner au plus vite lorsque la maladie apparaît.

En savoir plus

Publié 10 décembre 2018