Communiqués de presse

Le Conseil d’administration du Fonds mondial salue le résultat final de la septième reconstitution des ressources, avec une somme record de 15,7 milliards de dollars US

Le Conseil d’administration a approuvé le plus important investissement jamais consenti à la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et au renforcement des systèmes de santé.

18 novembre 2022

GENÈVE – Le Conseil d’administration du Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, réuni cette semaine à Genève durant trois jours, a accueilli favorablement le résultat de la septième reconstitution des ressources qui se chiffre à 15,7 milliards de dollars UStélécharger en English ] . Cette réunion est intervenue deux mois après le succès de la conférence des donateurs tenue à New York, où des promesses de dons de 14,3 milliards de dollars US ont été obtenues, et quelques jours après les promesses de dons d’autres donateurs, notamment l’Inde, l’Italie, le Royaume-Uni et la Thaïlande.

« La levée de 15,7 milliards de dollars US dans le cadre de la septième reconstitution des ressources du Fonds mondial est un accomplissement remarquable, en particulier au regard de la conjoncture économique mondiale. Ce succès témoigne du travail accompli par le Fonds mondial et de l’urgence de poursuivre la lutte contre les trois pandémies, a déclaré le DDonald Kaberuka, président du Conseil d’administration du Fonds mondial. Je remercie toutes celles et ceux qui ont contribué à la mission du Fonds mondial, y compris les donateurs publics et privés. Je suis particulièrement impressionné par le nombre record de gouvernements chargés de la mise en œuvre – au moins 20 – qui sont devenus des donateurs à leur tour. La lutte pour sauver des vies, vaincre les pandémies et bâtir un monde en meilleure santé, plus équitable et plus inclusif peut être remportée. »

Les fonds recueillis au terme de la reconstitution des ressources ont permis au Conseil d’administration d’approuver d’ambitieux investissements totalisant 13,7 milliards de dollars US – dont 518 millions de dollars US d’investissements catalytiques et 13,2 milliards de dollars US d’allocations aux pays –, qui seront alloués sous forme de subventions à plus de 120 pays au cours de la prochaine période de trois ans, à l’appui des ripostes nationales contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et du renforcement des systèmes pour la santé des pays. Le Fonds mondial informera les pays en décembre 2022 du montant qui leur a été alloué au titre des subventions pour le prochain cycle.

Alors que le Fonds mondial commence à mettre en œuvre sa nouvelle stratégie, le Conseil d’administration a approuvé un nouveau cadre de suivi et d’évaluation destiné à mesurer l’impact des investissements et à assurer un suivi et un rapport rigoureux des performances au cours de la période couverte par la nouvelle stratégie.

Souhaitant réaliser les ambitions de la nouvelle stratégie, le Conseil d’administration a réitéré son engagement à redoubler d’efforts en faveur de l’égalité de genre, de la promotion et de la protection des droits humains et du renforcement du leadership des communautés affectées par le VIH, la tuberculose et le paludisme dans la lutte contre les trois maladies.

« La question du genre est une composante fondamentale qui recoupe de nombreuses dimensions de la stratégie, a affirmé Roslyn Morauta, vice-présidente du Conseil d’administration. Nous devons intensifier les efforts pour que les obstacles liés au genre qui entravent l’accès aux services de santé soient levés et pour que les questions liées au genre soient prises en compte dans tous les programmes. Nous reconnaissons que le progrès est tributaire d’une meilleure expertise et d’une représentation accrue sur les questions de genre au niveau des pays, ainsi que de données plus nuancées et localisées, y compris des données ventilées par genre. »

Javier Hourcade Bellocq, délégué pour les communautés au Conseil d’administration, a ajouté que « les communautés, y compris les communautés de femmes et de filles, sont des agents de changement et des leaders qui jouent un rôle central dans le renforcement des ripostes au VIH, à la tuberculose et au paludisme. Elles font un travail d’approche, d’éducation et de réseautage, notamment auprès des personnes délaissées, marginalisées ou criminalisées. Nous devons mettre en œuvre la nouvelle stratégie dans le but de sauver encore plus de vies, en plaçant les personnes et les communautés au cœur de la riposte. »

Soulignant le rôle vital joué par le partenariat dans le soutien de la riposte au COVID-19 des pays à revenu faible ou intermédiaire, le Conseil d’administration a également approuvé la prorogation du dispositif de riposte au COVID-19 (C19RM) jusqu’à la fin de 2025, afin de permettre aux pays d’investir leurs fonds résiduels en adéquation avec leurs priorités évolutives alors qu’ils poursuivent leur riposte au COVID-19, en atténuant les impacts de la pandémie sur la lutte contre les trois maladies, et en renforçant les systèmes pour la santé et la préparation aux pandémies. Depuis la création du dispositif en avril 2020, près de 5 milliards de dollars US ont été recueillis à l’appui de la lutte du Fonds mondial contre le COVID-19, et 4,4 milliards de dollars US ont déjà été alloués pour soutenir 125 pays ainsi que des programmes régionaux de riposte à la pandémie.

Reconnaissant le rôle central joué par le Fonds mondial dans la lutte contre les pandémies, le Conseil d’administration a discuté des moyens que le Fonds mondial pourrait mettre en œuvre pour continuer de contribuer efficacement au programme mondial de préparation aux pandémies en coordination avec l’Organisation mondiale de la Santé, la Banque mondiale et d’autres partenaires.

En se concentrant sur les forces distinctives du partenariat du Fonds mondial en matière d’orientation des marchés mondiaux de produits de santé et sur la nécessité absolue d’accélérer l’accès équitable aux produits de santé innovants – notamment en stimulant le développement de la fabrication locale –, le Conseil d’administration a discuté de l’approche d’orientation des marchés du Fonds mondial élaborée en partenariat avec Unitaid et d’autres partenaires, et a convenu de continuer à mettre à la disposition des gouvernements et des organisations de développement la plateforme d’achat en ligne du Fonds mondial, wambo.org, pour les commandes de produits non financés par le Fonds mondial.

« Le monde est frappé par une combinaison de crises, notamment les conflits, les répercussions grandissantes du changement climatique et la hausse des prix des produits alimentaires et de l’énergie. Toutes ces crises alimentent les menaces de maladies infectieuses, a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. La plupart des conflits tuent plus de personnes par les maladies infectieuses qu’ils engendrent que par les balles et les bombes. Les phénomènes météorologiques extrêmes entraînent la recrudescence de maladies comme le paludisme. Les personnes qui ont faim ou qui ont froid succombent plus rapidement à des maladies mortelles. Pour les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables dans le monde, le Fonds mondial est littéralement un moyen de sauver des vies. C’est un partenariat pour protéger les personnes les plus à risque et bâtir des communautés en meilleure santé et plus inclusives. »